Recherche

débredinages – "s'enrichir par la différence !"

Catégorie

Théâtre

L’Albertmondialiste et je délocalise mes zhumours ! d’Albert Meslay

Albert Meslay a reçu, en 1994, des mains de Raymond Devos, le Devos du public, récompense pour son one man show, à la veine ciselée.

Raymond Devos venait de le découvrir sur scène et déclara « Albert Meslay, je ne vous connaissais pas, j’ai honte ! ».

A la lecture du livre de cet artiste, et sans aucunement oser la moindre comparaison avec le Grand Raymond Devos, je ressens la même honte, car je n’avais jamais entendu parler de lui, et pourtant je me targuais de cerner plutôt correctement la donne comique…

Passionné depuis des lustres par les écrits et spectacles de Desproges, que je revois ou relis, à satiété – lui qui, surtout au dernier moment, a décidé de faire passer ce message « Pierre Desproges est mort, étonnant non ? », allant jusqu’à se moquer de l’indicible injustice d’une maladie le foudroyant avant ses cinquante ans – j’ai retrouvé dans les écrits qu’Albert Meslay déploie sur scène la force de cette écriture si travaillée.

Elle s’attache aux effets comiques dévastateurs qu’elle produit, avec une précision de mots reliés pour appuyer des messages sans concession.

Elle recense une utilisation magnifiée de la langue pour ne pas la laisser seulement tomber dans des calembours ou des calembredaines, mais bien pour se moquer de tout, avec élégance, avec intelligence, avec poésie, pour nous permettre d’analyser, de réfléchir, de prendre du recul, en nos réalités rudes, si souvent inconséquentes…

Je ne vais pas me livrer à une litanie de citations, et pourtant la qualité des ressorts comiques de l’artiste passe d’abord par la livraison de ses transmissions de scène, toujours ficelées, bien amenées, qu’il met en exergue, en puisant avec l’art du mime ou du déguisement, et qui racontent nos errements et travers.

Je vous transmets quelques échantillons porteurs de sa veine percutante, décapante et bienfaisante !

L’artiste aime parler de tout et même de ce qu’il connaît mal, car « le droit de se tromper est un privilège qui ne doit pas être réservé qu’aux experts… ». Par les temps qui courent où stationnent en plateaux de télévision un nombre manifeste de personnalités qui auraient la vérité et qui, sur la pandémie, ses raisons et ses combats, oscillent fréquemment avec leurs contradictions remettant en cause leurs dires passés, ce message de notre artiste se repère plus que salutaire…

Pour lutter contre le chômage, si l’on manquait d’emplois fictifs, on pourrait créer des « emplois inutiles », et si ces derniers s’avéraient aussi insuffisants, on donnerait place aux « emplois nuisibles », comme par exemple « coach de trader »… Quand on écoute les transmissions de l’OFCE qui évoque que nombre d’emplois se structure pour contrôler ceux qui travaillent vraiment, nous sommes bien proches des analyses pertinentes et pas si radicales de l’artiste…

Le rappel sur le fait indiscutable que « l’on est bien plus longtemps mort que vivant » assure que nous progressons en permanence sur notre « espérance de mort ».

Cette formule me revient depuis ma lecture, en boucle, alors que nos experts économiques répètent en permanence que le système des retraites doit se fondre avec l’augmentation de l’espérance de vie, qui elle-même doit intégrer l’espérance de vie en bonne santé. J’attends l’analyse de l’artiste sur le développement de l’espérance de mort en mort de plénitude…

Et j’aime beaucoup ses messages incrustés en ferveur dans son livre qui donnent du relief incessant et de la saveur à notre rire direct, comme la reprise du travail du bourreau, lors de la Terreur, qui récupère « après une petite coupure »…, qui termine sa rude journée, après « ces heures de bourreau »…, ou avec la nécessité de « revaloriser la France riche qui se lève tard, car les rentiers sont sympas… ».

Albert Meslay va encore plus loin, plus en profondeur dans les méandres de nos absurdités, en précisant que son métier demandait, comme d’autres,  des efforts d’adaptation conjoncturelle : il a donc décidé de délocaliser ses sketchs ou d’acheter des sketchs tout faits, avec cette vanne inuit qui rappelle que « la baisse de la pratique religieuse en milieu polaire vient du recul de la calotte glaciaire » ou cette plaisanterie aborigène qui mentionne que « certains végétariens trichent en mangeant des plantes carnivores… ».

Et j’ai apprécié fortement le très Desprogien message sur Picasso, me remémorant ses sublimes almanachs où Guernica était annoté en permanence, avec des tas de décalages variés et imaginatifs, pour l’éclosion de nos hilarités : « Picasso n’a jamais réussi à reproduire exactement ce qu’il voyait. C’est même à se demander s’il ne le faisait pas exprès ! ».

Et je me passe en refrain lancinant de plaisir comique, ce message très proche de Devos, d’un « comique dissident du Vatican » qui déclame « que si Dieu n’existe pas, c’est que les fidèles se trompent, mais quand on est fidèle et que l’on se trompe, on n’est plus fidèle… ».

Les instantanés sur les sobres anonymes, car pourquoi il n’y aurait que des alcooliques anonymes…, ce ne serait pas juste…, ou sur la citation empruntée à Gandhi potentiellement sur le fait que « la condition bovine l’émeut » enchantent et mettent en verve pour la journée, car une journée sans rire est toujours une journée perdue…

La mise en perspective d’un nouveau spectacle où la synthèse du Moyen-Age de l’époque de Jeanne d’Arc évoque les dérives de la « société de consumation », où les trajets pour le Nouveau Monde racontent les dettes récurrentes de Christophe Colomb – car comme on le sait tous, on cite toujours « Christophe Colomb, à découvert… », qui de plus avait des problèmes de prostate, qui s’est « découvert incontinent » – m’assure la volonté d’aller voir sur scène et de revoir plus que certainement, Albert Meslay, et du coup de réussir ce nouveau dépucelage comique personnel et placer aux rebuts ma honte de ne pas l’avoir connu auparavant…

Éric

Blog Débredinages

L’albertmondialiste et je délocalise mes zhumours !

Albert Meslay

de l’académie Alphonse Allais

Préface de Guillaume Meurice

Cherche Midi Éditions

Edition établie par Jean-Paul Liégeois – 17.80€

La marche de Radetzky de Joseph Roth

 

Mon Ami, auteur-écrivain, réalisateur de documentaire, Timothée Demeillers, m’avait précisé, lors de notre première rencontre, qui m’avait permis de l’interviewer pour un blog collectif, hébergé par L’Express, Les 8 plumes, en automne 2014, auquel j’appartenais, que ses inspirations et ses références littéraires prenaient pour partie racine dans l’œuvre de Joseph Roth.

Je ne connaissais de cet écrivain, né en Galicie, aux confins de l’Empire Austro-Hongrois, aujourd’hui en Ukraine, que les autodafés que les Nazis avaient sinistrement orchestrés, en lui reprochant sa volonté de se déclamer « citoyen du Monde », lui qui avait vécu la première guerre mondiale dans les unités non combattantes et de presse, mais qui avait clairement vu la désagrégation de l’Europe dans les tranchées, qui plaidait avec force pour une analyse originale du patriotisme intégrée dans un concert pacifié des relations entre Nations.

J’ai lu avec une vraie passion l’un de ses livres-phare qui pourrait être repéré en y plongeant comme un roman historicisé un brin précieux, mais qui s’avère manier une langue châtiée, aux détours aristocratiques certes, mais qui se structure avec une force narrative marquée, avec des personnages qui iront au bout de leurs limites et engagements, qui préféreront en permanence conserver leurs rites et pessimismes plutôt que de conquérir d’autres voies qui mettraient à mal les conservatismes qui ont fondé leurs vies.

Le livre se lit avec le plaisir des boudoirs de lecture d’antan, où l’on allait dans le jardin d’hiver se cultiver dans les grands textes en portant à ses lèvres un thé noir ou un alcool de prune (je n’ai jamais connu ces réalités, mais je me vois très bien m’y implanter…), sans « avoir la nostalgie des soirées de gala, riviera » narguées, avec délice, par Alain Souchon dans « Y’a d’la rumba dans l’air »…

Le livre court une période qui va de la campagne d’Italie du mitan du XIXème siècle jusqu’au début de la première guerre mondiale.

Le sous-lieutenant von Trotta sauve la vie de l’empereur d’Autriche, lors de la bataille de Solferino, où les troupes austro-hongroises affrontent celles de Napoléon III et de ses alliés sardes.

Il a eu la vivacité d’esprit de plonger sur l’empereur, pour lui éviter une salve, et il fut blessé pour cet acte de bravoure.

La famille Trotta se voit anoblie et devient von Trotta et peut bénéficier de terres alors qu’elle était de paysannerie Slovène, en remerciement de ce haut service rendu.

Mais von Trotta grand-père, en le roman, qui reste attaché à la modestie, à la simplicité de ses racines, et surtout à un sens élevé de l’honneur – caractérisé chez les Habsbourg comme une qualité sublimée, qui fait que l’on peut tout perdre et tout accepter, à condition que le niveau de déférence aux préceptes de la couronne ne soit jamais éteint – ne peut accepter que des livres illustrés d’histoire présentent son acte de façon déformée, soit en lui donnant une fougue intentionnelle romantique qu’il n’a jamais intégrée, soit en plaçant l’empereur comme maître de la situation, avec un sous-lieutenant qui ne pouvait prendre le pas sur le talent stratégique de celui qui reste encore en contact avec le Divin, par absolutisme de la monarchie Viennoise…

On retrouve la manière de Paul Morand, qui est de moins en moins lu de nos jours, et qui souffrirait même le sulfureux, dans nos réalités actuelles, où l’on aime juger homme et artiste, pèle-mêle, sans différencier l’œuvre avec sa portée et la personne autrice, dans les narrations de Joseph Roth.

On assiste à de longues digressions dans le roman, qui tentent, avec succès, de rappeler les emphases, les obligations, les organisations de la Vienne Habsbourg, où même avec des caisses vides, on ne fera jamais les impasses sur les bals, les repas de gala, les dorures, les splendeurs, car sans ces références là, sans le luxe, sans la coloration des rites enfouis et magnifiés, la vie ne serait plus et l’Empire disparaîtrait.

Et l’Empire ne peut imaginer qu’un roturier au combat puisse avoir eu l’initiative de sauver son souverain, car le souverain est élu divin, et par cette consécration ne peut être qu’inaliénable, inaltérable.

Et si l’on récrit l’histoire, ce n’est pas lui faire offense, c’est simplement que ce qui doit être, doit se perpétuer, et qu’il ne peut en être autrement.

Von Trotta, fils, deviendra préfet, et il élève son fils dans le respect de principes bien actés : la politesse, la déférence, le pli traditionnel aux ordres qui a permis aux von Trotta d’être en bonne place dans les élévations des privilèges, et en une sorte de soumission doucement acceptée.

Tous les dimanches on déjeune, après avoir écouté la marche martiale de Radetzky, orchestrée par, non pas une fanfare – qui serait presqu’une injure populaire – mais par un orchestre rythmé par le maître de chapelle, qui donne à la musique aux tonalités militaires la fierté des appartenances et une assurance de goût, de tonicité élégante, de délicatesse romantique.

Et on déjeune toujours la même chose, en rites investis, récurrents, qu’il ne faut surtout pas déranger.

Von Trotta, petit-fils, sera militaire et ira dans la cavalerie ; il ne peut en être autrement, le destin est scellé, et le fils répond toujours aux questions de son père, par un « oui Papa » sans trouble, sans équivoque, sans protestation, sans volonté de prendre la parole ou de conquérir une démarche émancipée.

Quand Von Trotta petit-fils aura une amante, dans la ville, qui mourra subitement, ce dernier rendra hommage à son mari, sans s’épancher, par devoir de pieux, et le mari remettra à von Trotta petit-fils les lettres que sa femme et lui-même avaient échangées, sans commentaire, sans tension, car la logique veut que l’on ne s’émeuve pas et que le flux des us et coutumes se perpétue…

Von Trotta petit-fils est un piètre cavalier et s’ennuie à l’armée ; il n’a qu’un ami, un médecin militaire, qui lui-même aime une femme qui le trompe et ne le supporte plus.

Les deux amis passent leur temps, en dehors de la caserne, dans les estaminets de la ville de garnison ; et quand le médecin trompé répondra en duel à une offense d’un militaire qui clame son infortune sur tous les toits, von Trotta petit-fils se dit qu’il devrait prendre la place de son ami, tout en sachant qu’il n’en fera rien, car pourquoi se placer en courage quand l’on peut vivre avec les tranquillités détachées d’une vie organisée sans illusion et sans perspectives…

Il décide néanmoins, ce qui fut sa seule affirmation de destinée, en sollicitant l’accord de son père qui ne lui répondit point précisément mais qui ne la blâma point, de quitter la cavalerie et de rejoindre une ville de garnison aux confins de l’Empire, un peu sur les traces natales de Joseph Roth…

Il n’y fait rien de particulier, mais il y rencontre un aristocrate amoureux des fêtes et des tables emplies, qui sait que l’Empire se désagrège, qui ne s’en émeut pas, mais qui ne fera rien, ni pour modifier le cours des choses, ni pour limiter ses excès et trains de vie, et surtout il croise lors de l’ouverture d’un casino, un autre militaire, qui l’initie à la boisson dissolue et qu’il couvre financièrement de ses dettes de jeu, jusqu’à ne plus pouvoir être en maîtrise de ses possibilités personnelles…

Il aura le bonheur d’amours passagères avec une aristocrate qui le prend sous son aile et sous d’autres auspices aussi…

Elle l’amène à Vienne et il abuse des permissions.

Et il ne comprend pas pourquoi elle rejoint son Mari qu’elle n’aime pourtant pas, et il ne cerne pas pourquoi les maîtres de l’Empire lui répètent qu’une femme est à son Mari et qu’il n’est pas envisageable qu’elle puisse le quitter…, et que les frivolités ne constituent que l’acceptation immergée de réalités de vie, l’émergement restant structuré pour la droiture et les rites familiaux.

Von Trotta père le délivrera de dettes impossibles et tentera, sans lui parler, sans lui marquer d’affection, de tendresse, sans morale, sans contestation, de « le recadrer un brin » comme on dit de nos jours, mais le déclin est inéluctable, et le roman se termine sur le début de la première guerre mondiale, où les soldats des Habsbourg ne savent pas pourquoi ils se battent, ne savent pas pourquoi ils se retrouvent en régiments, et ne savent pas vraiment comment combattre, puisqu’ils étaient depuis des lustres des militaires non combattants, apparaissant seulement en tenue de circonstances et en cavalcades de festivités…

On ne peut comprendre la folie douce des Habsbourg où l’esprit d’élégance, de retenue policée, d’affirmation des glorifications, de magnification des fêtes et luxes, sans lire ce livre admirable, qui ne juge pas les hommes et les femmes, les coutumes et les rites, et se contente de les décrire, de les décrypter, de placer des protagonistes qui n’ont jamais la maîtrise de leurs destins, qui feront ce qu’on leur demande de faire, qui vivront sans soumission systématisée, mais sans aucun ressort innovant ou personnalisé, ce qui adviendra…

« Le rayonnement du soleil des Habsbourg s’étendait vers l’Orient, jusqu’aux confins de l’empire des tsars », il ne faut pas l’oublier, même si les malédictions de la famille von Trotta portent en germe le requiem de la monarchie austro-hongroise et sa chute inéluctable, impossible à maîtriser, quasiment acceptée…

Un grand roman fort et remarquablement maîtrisé littérairement.

 

Eric

Blog Débredinages

 

Joseph Roth

La marche de Radetzky

Traduit de l’allemand (exceptionnelle traduction) par Blanche Gidon et revu par Alain Huriot, et présenté par Stéphane Pesnel.

 Collection de poche Grands Romans Points Seuil

Photo de Joseph Roth, copyright wikipedia.

Bug de Tracy Letts, mise en scène par Emmanuel Daumas, avec Audrey Fleurot !

Amie Lectrice et Ami Lecteur, en ces moments de réalités rudes vécues, prenez d’abord soin de vous, et je vous adresse mes confraternités solidaires.

Je sais bien que les spectacles théâtraux ne se placeront plus en actualité première avant un temps indéterminé…

J’ai eu le privilège, par un cadeau de mon fils aîné, pour mon récent anniversaire, de me rendre jeudi passé – pour ce qui a constitué une des toutes dernières représentations avant la fermeture obligée des établissements culturels – au théâtre des Célestins, théâtre de Lyon, pour vivre intensément la pièce « Bug », mise en scène par Emmanuel Daumas, avec la flamboyante et fascinante Audrey Fleurot.

Il n’est pas aisé de tenter de résumer la pièce et peut-être que de s’y livrer serait à la fois réducteur et un brin inconséquent, mais je vais essayer, quand même, de mettre en relief certains éléments…

Disons qu’Agnès danse lascivement pour les hommes dans un bar de nuit ; son ex-mari Jerry vient de sortir de prison, elle en est ébranlée et effrayée. Elle se confie à Ronnie, son amie condisciple du bar, qui la sait aussi seule, sans protection, en proie aux doutes majeurs.

Elle lui présente Peter, qui se veut naturellement positif, doux, appréciable, qui ne repère pas Agnès comme une conquête possible ou une seule beauté incandescente potentielle promise pour une nuitée amoureuse, mais comme une partenaire de discussion.

Peter se positionne en protecteur d’Agnès, il est prévenant, à l’écoute, il est pétri de délicatesse, il la protège quand Jerry débarque et qu’il se considère comme maître des lieux, attendu, et qu’il n’hésite pas, avec violence, à menacer Agnès, à lui reprocher son manque d’égards quand il fut détenu…

Agnès et Peter font l’amour et Peter se lie, finit par évoquer son passé de militaire lors de la Guerre du Golfe, d’où il est sorti dévasté, traumatisé, en proie à des tensions intérieures permanentes et douloureuses ; Agnès l’écoute, le calme, lui donne de l’attention.

Entre deux êtres broyés par des circonstances de vie, avec la disparition d’un enfant de dix ans dans des réalités troubles pour Agnès, et la complexité de réapprentissage de la vie civile pour Peter en sa qualité de vétéran de guerre, l’union d’une volonté commune de redémarrage de vie et de reconquête semblerait apparaître et se dessiner.

Mais l’on sent que Peter est en proie à des démons intérieurs, pour lesquels il ne peut lutter malgré ses introspections ; il repère des insectes, comme des sortes de punaises de lit qui démangent, rongent, lui créent des plaies à sang, mais qu’il semble le seul à voir, à discerner, même si ces blessures se voient bien réelles pourtant ; Agnès réfute, argumente que la paranoïa encercle Peter, qu’il lui faut se confier, prendre le pas sur les tensions enfouies…

Mais dès que l’inquiétant Docteur Sweet retrouve Peter, sous des abords avenants et posés cependant, les tensions se chevauchent et les montées en crainte, en détresse, s’élèvent sans pouvoir s’amenuiser, et tout est possible, de la théorie des complots à l’infamie potentielle de celles et ceux qui paraissaient amies et amis, jusqu’à la nécessité de combattre pour tenter de redevenir soi-même, de ne pas hésiter à être violent pour la perspective de sa propre survie, de réfuter, même par le déni, que la prolifération des insectes ne puisse être qu’un leurre, une chimère, une émanation psychologique irrationnelle…

La pièce écrite par Tracy Letts, traduite en français par un texte de Clément Ribes, s’organise comme un kaléidoscope inspiré : elle passe de la danse érotisée des bars nocturnes pour hommes aux discussions de copines de travail, entre Agnès et Ronnie, à la fois lucides sur leurs conditions professionnelles et leurs limites et s’exprimant avec une oralité mêlant le parler « cagoles » et la proximité de femmes au vécu complexe qui ne vivent plus qu’au jour le jour et tentent de chercher des liens affectifs sereins ou des moments d’amour positif.

Puis la pièce s’intègre avec des flashs de vie de couple qui peuvent s’installer entre Agnès et Peter, en évitant les fréquences et menaces de Jerry, et elle se transforme et s’achève en intensité noire et lugubre, en fin de débat à tonalité hallucinatoire, quand Peter s’infiltre sans échappatoire aux délires les plus vifs et aux issues sans concession, en violence affirmée, rejoint par une Agnès qui ne sait plus comment sortir des impasses, qui ne voit que la fuite en avant avec Peter comme axe de vie ou de fin…

La mise en scène d’Emmanuel Daumas se concentre en une pièce d’appartement, sacralisée par le grand lit d’Agnès, avec en contrepoint une petite cuisine camouflée par un rideau et un accès à l’extérieur par une porte. Ce lieu de vie intimiste et plutôt positif deviendra lieu de drame et de tensions exacerbées.

Le metteur en scène donne corps à ses protagonistes pour qu’ils jouent pleinement leurs caractéristiques : suffisance et violence pour Jerry, malgré des fêlures évidentes accumulées ; douleurs de vie et volonté de dépassement pour s’en sortir de Ronnie ; intensité, déceptions rassemblées et recherche d’espérance pour Agnès ; détresse lourde et besoin de communiquer malgré la certitude de ne pas y arriver pour Peter ; et décalages, manipulations et esprit à la fois calculateur et bienveillant-inquiétant pour le Docteur Sweet.

Si toute l’équipe fonctionne avec force et maîtrise, ce n’est pas faire injure aux composantes de la troupe pour dire que la pièce est centrée sur la relation entre Peter et Agnès, et qu’elle magnifie les exceptionnalités d’Audrey Fleurot.

Servi par Thibaut Evrard, remarquable dans sa prise de crescendo schizophrénique et dans ses errements auxquels il ne peut faire face, qui lui vaudront des blessures volontaires, qu’il s’inflige, incessantes, Audrey Fleurot impressionne et se livre à une performance théâtrale de haute volée :

  • elle vit plus qu’intensément la déchirure puis la folie qui sombre de son personnage, elle y donne toute son énergie, sa passion, son âme ; son jeu s’installe comme un feu dévorant, sans jamais dépasser le paroxysme qui pourrait donner tentation à l’excès de trop…
  • elle exerce une telle fougue pour toute l’étendue de la pièce qu’elle ne peut terminer qu’épuisée, marquée même par le sang de la violence en son physique de salut du public, mais surtout elle déclame ainsi que toute personne peut se transformer et perdre le sens des réels et des limites quand elle souffre d’absence d’écoute, d’élévation et quand les espoirs n’existent plus ; et peut-on imaginer une reconquête d’espérance après la disparition indicible d’un enfant…
  • elle magnifie son personnage avec la profondeur de sa chevelure rousse qui fait partie d’elle, non comme un instrument théâtral, mais comme une marque de fabrique pour donner force à la vie, à la conquête, à la libération, et par son combat volontaire pour tenter de sortir des déchirures et des drames, surtout quand l’appartement semble cerné par des invasions d’insectes et des menaces de destruction…
  • elle m’a ému, m’a bouleversé et je considère qu’elle peut parfaitement être affectée de ce qui avait été dit sur Gérard Philipe, en son temps : « Gérard Philipe ne joue pas, il vit ». Audrey Fleurot ne joue pas, elle vit, et elle vit intensément.

Je m’incline pour son talent et sa grâce.

Quand nos complexités s’arrêteront, il vous faudra courir voir cette pièce, parabole non volontaire de nos vécus du moment, entre paranoïa généralisée, excès des sens et nécessité de reconstruction pour une nouvelle donne positive et affective.

Amitiés vives.

 

Eric

Blog Débredinages

 

Bug

Une pièce de Tracy Letts

Texte français de Clément Ribes

Mise en scène d’Emmanuel Daumas

Avec Audrey Fleurot, Thibaut Evrard, Anne Suarez, Igor Skreblin, Emmanuel Daumas.

Théâtre des Célestins, Théâtre de Lyon, le 12 mars dernier et en retour à venir sur Lyon, Paris et Tarbes, notamment.

 

 

 

 

Séville 82 – Le match du siècle – par Pierre-Louis Basse

 

Récemment, Amie Lectrice et Ami Lecteur, j’ai assisté, à l’Institut Lumière de Lyon, à la présentation d’un film documentaire porté par Hervé Mathoux, le journaliste sportif de Canal plus qui anime les soirées dominicales de championnat de France, depuis plus d’une décennie, dénommé joliment « Ce n’est pas grave d’aimer le foot… » et analysant, avec forte précision et détails, les réalités sociologiques, ethnologiques et sociales de ce jeu, que j’ai toujours apprécié, et qui – malgré ses tentations permanentes à la marchandisation sans limite – continue à me procurer sensations et plaisirs.

En me rendant à la librairie ambulante de l’Institut, mis en place dans le cadre du festival entre filmographies et sports, organisé sous cinq jours, entre la fin janvier et le début février, j’ai pu repérer un opus, paru il y a déjà quinze ans, et dont le titre ne pouvait que m’émouvoir…

Il se voulait un rappel narré et conté sur ce fameux match du 8 juillet 1982…

J’avais dix-huit ans, je n’étais pas beau comme un enfant (je n’ai pas pu résister à cette référence à Dalida)…, et je travaillais au Crédit Agricole de Saint-Yorre (oui la ville de la Source d’eau minérale, bien connue…) entre ma première année d’université validée et la deuxième à venir, et je me trouvais, en ma maison familiale, près de Vichy, lors de cette retransmission quasi homérique.

François Mitterrand vivait lui-même le match en un restaurant de Budapest, et il a été déclaré qu’il mordillait sa serviette fréquemment ce soir-là…

Ce match fut épique.

D’abord parce que la France était opposée à ce qui s’appelait alors la République Fédérale Allemande et qu’elle n’avait que rarement damné le pion aux solides et entreprenants joueurs de la Mannschaft.

Ensuite parce que la France jouait une demi-finale de coupe du Monde, ce qui ne lui était plus arrivé, depuis 1958 (je n’étais pas né, je le précise…) et qu’elle s’y trouvait, à la fois par un brin de chance et des talents reconnus.

A cette époque, on jouait d’abord une poule de quatre équipes, puis en terminant premier ou deuxième du groupe, on rejouait en une poule de trois équipes, avant de passer aux éliminations directes, seulement en demi-finale…

En ayant été battu, lors du match d’entrée dans le tournoi par l’Angleterre, en gagnant contre le Koweit, où le cheick manager avait voulu demander à son équipe de ne plus être sur le terrain lors d’un but validé, alors qu’un membre du public avait simulé le sifflet de l’arbitre, rendant l’action litigieuse et les acteurs empruntés, et en faisant match nul contre la Tchécoslovaquie en étant à deux doigts de se faire éliminés en fin de rencontre, les débuts furent poussifs et la qualification compliquée…

Puis notre équipe a poursuivi sa route, en ayant rencontré et battu, au deuxième tour, l’Autriche et l’Irlande du Nord, qui auraient pu être remplacées par la RFA justement et l’Espagne organisatrice, mais l’Espagne malgré un arbitrage plus que favorable n’avait pas d’équipe suffisamment vaillante, et la RFA avait clairement validé sa qualification au détriment de l’Algérie, en une rencontre, au premier tour, contre l’Autriche, scandaleuse et arrangée, puisque le score organisé permettait aux deux équipes d’aller plus loin dans la compétition… Oui, je sais, ce fut ridicule, mais à cette époque les derniers matchs de poule n’avaient pas lieu aux mêmes horaires…

Puis ce match de légende s’est organisé avec un scénario renversant : une équipe de France menée en première mi-temps, puis qui revient au score par un maître penalty de Platini et qui connaît une seconde mi-temps exceptionnelle et magistrale, où elle devait l’emporter, avant de mener de deux buts dans la prolongation, puis d’être reprise au score à égalité, avant des tirs au but où elle mène, avant de céder et de perdre avec des regrets immenses et éternels…

Ce match est surtout connu pour cet épisode quasi dantesque avec l’agression du gardien de la RFA Harald Schumacher, qui vient au contact plus que fougueux, en sa surface de réparation, contre Patrick Battiston, qui filait au but, et dont le tir touche le poteau alors qu’il vient d’être percuté par la gardien, et qui s’effondre, tombe dans le coma, la mâchoire fracassée, qui est placé en une civière inanimé, avec Platini qui lui donne la main, totalement inquiet et hagard, pendant que le gardien Allemand ne viendra jamais prendre de nouvelles de son adversaire qu’il a blessé sérieusement, sans que l’arbitre de la rencontre ne daigne sanctionner le gardien d’un carton, ni siffler un penalty indiscutable pour une telle faute.

Il ne s’agissait plus seulement de football mais de défense quasiment des patries, de nécessité de faire triompher la justice face à l’inconséquente violence, de montrer que les talents inspirés de joueurs Français véloces et habiles pouvaient répondre de la rudesse, de la tactique et de l’endurance des Teutons, et surtout de permettre qu’une nouvelle fois David finisse par battre Goliath, pour que l’intelligence du beau jeu porte le flambeau du football face à la seule puissance physique.

Le livre est à la fois un condensé de mémoires vécues, car nous nous rappelons tous où nous étions ce soir là, et d’émotions répétées des séquences cultes de ce match génial, et dont on parle avec des trémolos dans la voix, maintenant, près de quarante ans après, alors que nous avions la vraie détresse et gueule de bois (alors que je ne buvais aucune goutte d’alcool à cette époque) à la fin de la rencontre, et pour des journées lourdes plus tard, en ce mois de juillet.

Je vous livre quelques instantanés que le journaliste sportif Pierre-Louis Basse, devenu excellent auteur depuis plusieurs ouvrages, décortique et décante, pour notre rappel mémoriel, et même commémoriel, parfois :

  • L’infinie douleur que je vécus quand Horst Hrubesch marque le tir au but vainqueur et que l’on ne comprend pas comment, alors que la finale nous était promise de si près, nous pouvons être éliminés, ce qui nous oblige pèle-mêle à copieusement injurier les attitudes arrogantes d’un gardien de but dressé à mordre, à contester rudement des décisions arbitrales assez incompréhensibles et néfastes à la sécurité physique des joueurs, à rudoyer les joueurs bleus en incapacité de tenir un résultat, à préférer l’euphorie du tout devant plutôt que de s’en tenir à un catenacio à l’Italienne, en finale, malgré un début de Mondial souffreteux…
  • La montée en exergue de ce match qui donnait une impression de revisiter l’histoire avec des Germains qui veulent occuper le terrain et des Français désireux de se faire la malle et de se libérer de leurs filets… Oui, je sais, la comparaison paraît audacieuse et même déplacée, mais il y avait de cela, de la rivalité nationale, sans pour autant oublier que le jeu n’est pas et ne doit jamais être la guerre…
  • L’assurance que l’Allemagne, emmenée pourtant par un Paul Breitner plutôt acquis aux idées sociales, de concorde et généreuses, se transformait en un « kommando » de tricheurs, après le match arrangé et cette sinistre entente entre Frères Germains Autrichiens et Allemands du premier tour, et la volonté déclarée, avant match, de donner de la semelle pour faire mal et blesser des joueurs Français plus en verve de technicité mais plus fragiles et friables.
  • La détresse de Didier Six, attaquant de Stuttgart, rare Français de l’époque jouant à l’étranger, et qui voulait tirer le dernier penalty, avant que Platini lui rappelle sèchement que c’était lui qui officierait, et qui, penaud et agacé, s’avancera trop vite pour tirer le sien, la caméra l’oubliant, pour un ratage absolu et un pseudo-tir, sans conviction, qui lui vaudra de lâches et viles communications de « Collabo » quelques semaines plus tard, en France…
  • Le plaisir d’un milieu à quatre épatant et tonitruant avec un Bernard Genghini marquant deux coups francs de maître dans la compétition, un Jean Tigana, poumon de l’équipe, volontaire, décidé, impliqué, sérieux et émotif, un Michel Platini exceptionnel de maîtrise et d’inspiration et un Alain Giresse, flamboyant et se déplaçant, « comme un avion sans ailes » du Charlélie Couture de l’époque à la voix rauque, cassée, mais douce comme un poème sensoriel (copyright de la chanson, en fin de chronique).
  • L’impression aussi de vivre une ode non pas au sport, mais à la contemplation filmique, en ce mois de juillet 82 qui fut aussi celui du départ, trop tôt et trop vite, de Werner Fassbinder dont les réalisations m’avaient subjuguées, avec son refus des approximations, sa contestation des certitudes et sa socialisation narrative pour préférer toujours l’analyse de la complexité au jugement de valeur.
  • Le but magnifique, en reprise de volée, à la manière d’un avant-centre, de Marius Trésor, libero, qui ouvre les bras comme un enfant et court vers le paradis (revoyez le film des prolongations et la 92ème minute).
  • Le but tout aussi magnifique de Giresse, qui nous fait sortit du réel pour tendre vers la douce folie, où l’on aimerait rester, et où l’équipe de France restera perchée en oubliant les minutes qui restent à jouer (revoyez la 98ème minute)…
  • L’envie de se plonger en la pelouse du stade Sanchez Pizjuan de Séville, et de refaire les mêmes gestes que ceux de Platini à la fin du match, enlevant son maillot, le regard ailleurs et l’impression de vivre un désastre, de Bossis ratant son pénalty et les mains au sol, sachant que l’inéluctable injuste va arriver, et de Schumacher, avec son regard suffisant, conscient de sa faute mais montrant sa certitude de l’impunité…
  • Tenter de comprendre pourquoi l’arbitre Néerlandais, Monsieur Corver, se sentira obligé d’écrire à Patrick Battiston pour lui dire qu’il « aime la France » alors qu’il découvrait (donnons lui la perception de ne pas être coupable par conviction) la réalité de la faute du gardien et l’inconséquence de sa non décision en match ; on lui reprochera surtout son attitude décontractée avec les joueurs Allemands, ce que nous avons pris pour une réalité nette et fiable de partialité, et donc d’injustice, face à nos Bleus.

Le livre possède deux intérêts : l’un de nous faire remémorer un moment de grâce et de douleur mêlées, et l’autre de nous faire réfléchir sur la réalité du sport-jeu, où celui qui gagne n’est pas forcément le plus talentueux, où celui qui gagne ne l’emporte pas sur des critères forcément justes, et où la nécessité de trouver un vainqueur ne doit pas faire oublier les valeurs de partage et de combativité, dans le respect de l’adversité, sans querelle nationaliste de bas étage, qui peut faire rejaillir en tribunes les plus bas instincts de l’espèce humaine.

Comme Pierre-Louis Basse, je me place comme supporter impétueux et engagé, mais en considérant que si le sport fait vibrer et dynamiser des moments majeurs, l’on doit toujours se rappeler qu’il ne représente que du sport, ni plus, ni moins.

 

Eric

Blog Débredinages

 

Séville 82 – Le match du siècle

Pierre-Louis Basse

Collection de poche La petite vermillon

Le dernier hiver du Cid de Jérôme Garcin

 

De Gérard Philipe, je n’ai pu approcher que le mythe qui s’est emparé sur son aura, après sa disparition beaucoup trop tôt, à 37 ans, comme Raphaël, comme Van Gogh, comme Rimbaud, comme si cet âge de floraison de jeunesse où le génie s’incarnait en force et fougue devait être le dernier, pour ne pas s’atténuer et se perpétuer…

Je voyais ses photographies dans les classiques d’études des grands textes et auteurs de collège et lycée (cela remonte aux années soixante-dix, pour moi…), et notamment celles emblématiques de son rôle titre dans Le Cid où il avait retrouvé, selon les critiques de l’époque, et notamment celles de son ancien professeur du Conservatoire, Georges Le Roy, les préceptes théâtraux que Corneille avait annotés pour le jeu de Rodrigue.

Comme Jean Vilar avait refusé toute forme de captation des représentations en Avignon ou au TNP, car le théâtre ne peut que se vivre en direct, et pas de manière filmée, il ne nous est pas permis de revoir Gérard Philipe en sa majesté, mais je suis toujours aussi troublé par son jeu à la fois si simple et si captivant, en revoyant par fréquences Le Diable au Corps, où il magnifie le personnage dévorant et sans complexe que Radiguet (lui aussi parti tellement jeune…) avait su décrire avec une emphase majeure, en déclenchant un scandale chez la bien-pensance de la sinistre chambre bleue horizon, qui glorifiait les morts de la Grande Guerre et oubliait leurs martyrs et les idéaux de concorde et de pacifisme que les Poilus tombés avaient tant réclamés…

Le livre de Jérôme Garcin se lit comme un récit des derniers moments de Gérard Philipe , mais surtout comme un roman picaresque, car l’aventure du comédien va se terminer douloureusement et pourtant elle ne se clôturera jamais, car la force du don théâtral perdurera.

On suit les dernières semaines et derniers mois comme un concentré de vie et de vigueur et non comme une attente de fin de vie en soins palliatifs, et l’on finit même par apprivoiser la douleur indicible de la mort, qui là arrive vraiment trop tôt, en considérant qu’elle n’oubliera jamais l’incarnation d’un homme de théâtre aussi lumineux.

Gérard Philipe ressent de violents maux de ventre et des douleurs lancinantes qui l’empêchent de se mouvoir comme il l’entend pour entreprendre les travaux du jardin ou de la maison de Ramatuelle, en cet été 1959, où il passe des moments heureux avec son épouse, Anne, et ses deux enfants chéris et choyés.

Les visites des amis et les baignades à Pampelone rythment ces moments de ressourcement où Gérard passe un temps incessant aussi à relire des classiques et à annoter les pièces qu’il compte interpréter ou mettre en scène.

Il revient sur Paris, fin août, et donne son énergie pour remettre en état une maison repérée à Cergy, en bord de rivière, et qui s’imagine comme un lieu familial de respiration face aux densités Parisiennes, mais surtout comme un endroit de partages dédié à la création sous toutes ses formes, où les artistes s’installeront et se placeront en une sorte de résidence permanente.

Il revient Rue de Tournon, en son appartement personnel et familial Parisien, proche des nouveaux locaux des annexes du TNP et il reçoit beaucoup, de René Clair qui ne peut concevoir un film sans l’associer en rôle titre, ou de Jean Vilar qui lui demande en récurrences de songer à interpréter Dom Juan.

Il lit avec frénésie et prend des notes, surligne, souligne, pour donner corps et cœur à des imaginaires futurs, élançant de nouvelles entreprises théâtrales et la manière de les préparer, en jeu, en présence, en incarnation des textes originels.

Il sait qu’il veut interpréter Hamlet, qu’il a une proposition pour devenir Edmond Dantès du Comte de Monte-Cristo et surtout il lit et relit les tragédies grecques pour puiser à la source de textes socles du théâtre immémorial.

Mais il se sent fatigué et doit consulter, et il a pris rendez-vous en la Clinique Violet où il n’arrivera pas sous son identité livrée, pour que l’on puisse lui laisser conserver une intimité, même si le personnel médical assurant discrétion vient régulièrement le saluer et lui demander des dédicaces de revues consacrées à l’idole théâtralisée et cinématographiée.

Il vient pour un mauvais abcès, mais le médecin analyse, en voulant l’enlever, une forme foudroyante de cancer qui n’est pas opérable et dont le pronostic terrifiant se place en netteté, l’assurance de la mort entre une quinzaine de jours et six mois.

En accord avec le personnel médical et Anne, l’épouse attendrie, toujours revitalisante, en écoute permanente, qui a toujours insufflé à Gérard de faire des choix exigeants et de ne pas vivre sur ses talents pourtant tellement éclatants, il est décidé de cacher la vérité à l’acteur et de l’accompagner au mieux pendant son restant de vie.

Anne devra composer, donner le change, faire le lien et se placer en illusion avec les amis, les enfants, la famille, la Maman de Gérard à la fois excessive, possessive et fantasque, pour que Gérard reste vivant, ne se morfonde jamais et continue à entreprendre et à imaginer, tourné vers la création jusqu’au bout.

Ce livre est exceptionnellement écrit, car il nous fait vivre de l’intérieur des intimités sans voyeurisme, il nous raconte les complexités qui attendent Anne et le corps médical mais qui assurent à Gérard la perception qu’il pourra se « refaire » et qu’il doit continuer à annoter, analyser et lire, pour que son œuvre soit fléchée par la force des esprits et pour un avenir indéterminé, mais long…

Surtout il pénètre un personnage intense et qui a vécu une vie fascinante, en une concentration surdimensionnée et qui reste aujourd’hui, soixante après son décès, comme un modèle pour une présence artistique à la fois populaire, exigeante et ouvrant en permanence le champ des connaisseurs.

Jugez du peu :

  • Gérard Philipe n’a jamais renié son père, collaborateur notoire, condamné à mort par contumace et réfugié à Barcelone ; il fera toujours en sorte qu’il ne manque de rien. Et pourtant Gérard Philipe a récusé clairement les engagements de son père, a participé avec les forces de la création à la Libération de Paris et s’est positionné nettement comme une personnalité compagne de route du communisme et des idéaux révolutionnaires, passionné de l’œuvre de Lénine, et en visite enthousiaste sur Moscou, Pékin et Cuba, où il est devenu, et où il est toujours resté, une icône internationaliste.
  • Gérard Philipe pouvait jouer sur une même journée deux rôles titre de pièces classiques, toujours en se réinventant, toujours en se réincarnant, toujours en recherchant une amélioration du jeu.
  • Gérard Philipe voulait à la fois interpréter au théâtre et au cinéma, mettre en scène, reprendre des textes anciens et les replacer en une écriture plus contemporaine, s’assurer des conditions de travail des personnels du spectacle vivant en les représentant syndicalement, voyager et découvrir le monde et notamment les terres dites de progrès et d’humanisme et se donner entièrement pour les siens et pour ses amis.
  • Gérard Philippe ne pouvait être dans l’attente, mais nécessairement dans le mouvement ; il ne pouvait être dans la concrétisation consommée, il devait engager des projets et chantiers multiformes, à la fois pour donner sens à sa force créatrice et il devait agir, être acteur et ainsi perpétuer la flamme du don de soi.

On n’imagine mal aujourd’hui ce que représenta sa disparition, pour la France et le Monde, et les hommages qui lui furent rendus, dignes d’un Chef d’Etat émérite, car il avait su réconcilier l’humanité avec la volonté de vivre, après deux guerres mondiales, en plaçant la création comme la découverte du beau et comme la capacité à cerner les essentiels de nos vies et actions ; en ce sens il a su être à la fois populaire, sans être populiste et proche des gens, sans se livrer à la moindre facilité mièvre.

Un livre qu’il faut lire avant de saluer Gérard Philipe, à Ramatuelle, en se rappelant, comme le souhaitait Anne, qu’il repose avec le costume du Cid ; il est certain que là-haut, il a pu interpréter son rôle phare pour le plus grand bonheur des forces de l’esprit…

 

Eric

Blog Débredinages

 

Le dernier hiver du Cid

Jérôme Garcin

Nrf Gallimard

Ramuntcho de Pierre Loti

Lire Pierre Loti me ramène toujours aux découvertes, aux aventures, aux voyages, aux exaltations des sens.

Je l’avais lu en promenade, en les temples d’Angkor, en 2014 ; et il fut surtout un des rares occidentaux à raconter son passage en l’Ile de Pâques, avec une volonté marquée de tisser liens avec les autochtones et cerner les mystères des moais qui l’ont transporté, malgré une halte en Pacifique Sud, très courte…

J’ai eu le bonheur de pouvoir passer une semaine en cette île exceptionnelle, en 2008 ; et dans le petit musée d’Hanga-Roa, on peut dénicher le récit de Pierre Loti, en une édition locale, ce qui prouve que les Pascuans savent reconnaître celui qui s’est incliné face à la grandeur d’une civilisation inconnue et qui s’est considéré comme redevable et enrichi des différences, plutôt que se positionner comme un conquérant potentiel…

Ayant, pour raisons de santé (oui, Amie Lectrice et Ami Lecteur, cela fait un petit mois que vous ne me repérez plus en ce modeste blog…), été obligé à une convalescence d’ascèse, j’ai décidé de suivre les pas de Pierre Loti qui utilisait toujours les moments de contrainte personnelle pour écrire, réfléchir, raconter et lire…

Je me suis replongé dans la lecture de Ramuntcho, histoire vive et pénétrée de traditions colorées et qui fait que le héros éponyme symbolise, depuis plus d’un siècle, le Pays Basque, comme Tartarin la Provence…

Le fond de l’histoire peut sembler un brin désuet et vieillot, quoique ses réalités soient toujours effectives en de nombreux endroits de la planète, mais le style de l’auteur reste percutant, majeur et marquant, avec un flamboiement ciselé dans la narration de la nature et des escapades, qui contribue à ce que l’on s’imagine aisément suivre les pas des protagonistes, et une assurance récurrente dans la lecture, avec une langue magnifiée où chaque phrase devient un essor de théâtralité et de fougue, qui transporte.

Ramuntcho vit dans la Montagne du Pays-Basque, avec sa Maman, qui a réussi, à force de sagacité et d’abnégation, à racheter sa maison de famille et pouvoir ainsi montrer sa tête haute et fière, de celle qui possède son toit, au milieu d’un village où les secrets enfouis, les querelles intestines vivaces et transmises de génération en génération, ont toujours tendance à s’agglutiner. On ne sait que peu de chose sur le Père, mais il est patent qu’il n’est plus là.

Ramuntcho travaille comme contrebandier, entre douanes françaises et espagnoles et arpente toutes les nuits des sentiers compliqués, des pentes dangereuses, pour transporter de la marchandise et développer un réseau d’affaires parallèles, pour le compte de la palanquée qui lui a accordé sa confiance.

On réclame le silence, la discrétion, parfois l’on doit aussi endurer des tensions et coups de violence, mais être contrebandier au Pays Basque s’affecte comme une mission ancestrale, reconnue, et même valorisée, par le courage qu’elle nécessite, avec des dangers incessants de coup de chaud avec les autorités.

Ramuntcho retrouve surtout sa liberté, son indépendance, sa capacité à s’exprimer en jouant à la pelote Basque et il est apprécié fortement, car il sait virevolter, danser, sauter, faire preuve d’agilités pour exercer son art de la récupération et faire gagner son équipe.

Il aime ce moment intense sportif et artistique, surtout quand il est contemplé par Gatchutcha, sa promise, son élue, qu’il n’imagine pas autrement que future femme de sa vie…

Mais la mère de Gatchutcha n’a que du mépris pour la famille de Ramuntcho, à la fois pour des critères de classe (Ramuntcho ne possède rien ou presque) et par accumulations d’histoires, dont l’on ne connaîtra jamais la réalité effective, mais qui constituent une chape d’acier implacable, rendant impossible tout lien commun.

Les deux amoureux se rencontrent en cachette, se croisent au jeu de pelote, se font des promesses langoureuses et positives, mais ne dépassent jamais les champs de la camaraderie, car il est nécessaire, obligé et même impératif que l’on respecte scrupuleusement la soumission parentale.

Gatchutcha demande à Ramuntcho de prendre la nationalité Française, ce qui l’élèvera positivement pour l’appréciation de la famille de la jeune femme – ce sera déjà un premier pas – et Ramuntcho en prend acte, même si cette décision lui coûte car elle entraîne trois ans de service militaire et un éloignement du Pays Basque pendant la même période, laissant sa Maman esseulée, sa fiancée abandonnée et la clôture de ses retours financiers de contrebande qui apportaient le juste suffisant au logis.

Pendant ces funestes trois ans où Ramuntcho naviguera sur les mers, la mère de Gatchutcha présentera sa fille à un meilleur parti, que cette dernière refusera, par fidélité à son serment pour celui qu’elle aime, et elle sera donc transférée, sans vergogne, en un couvent…

Ramuntcho consacrera, à son retour, toute son énergie pour tenter de retrouver, et même d’enlever celle qu’il aime, mais le poids des certitudes, des traditions compactées et la force du religieux local l’obligeront à un autre choix, celui du départ et de l’exil, sa Maman venant, de plus, de rendre son dernier soupir.

Pierre Loti sait parler de la religion ; il aime les cérémoniaux d’encens et de chant, il apprécie la communion pour saluer une certaine force des esprits, mais il sait critiquer les intolérances, les morbidités et les enfermements vils de personnes sous influence ou sous contrainte qui détruisent des âmes.

Pierre Loti sait aussi signifier son respect pour l’ensemble des habitants qui considéreront qu’il vaut mieux s’échapper ou se placer en contrition plutôt que de tenter une certaine sorte de blasphème en voulant s’attaquer aux bigoteries et aux sacrements.

Pierre Loti sait que l’amour s’affiche comme l’essentialité de l’essor des âmes mais qu’il peut provoquer des douleurs indicibles dont les plaies peuvent ne jamais se refermer.

Et Pierre Loti sait rendre hommage à celles et ceux qui font vivre les fêtes de villages, les costumes chamarrés, les dynamiques collectives, comme on dit de nos jours, comme ces élévations par la pelote Basque ; il sait conter la beauté sauvage de paysages, que seuls les initiés connaissent, et qui renferment à la fois des désirs non assouvis, des déceptions réelles, des rancunes tenaces et des possibilités de conquête ou d’aventures uniques.

Un livre qu’il convient de relire avant de retrouver une promenade future en Euskadi.

Éric

Blog Débredinages

Ramuntcho

Pierre Loti

Livre retrouvé dans ma collection de livres dits de jeunesse, en bibliothèque verte, reliée par Brodard et Taupin, bien évidemment ; toute une époque…

Rabbit Hole – Univers parallèles de David Lindsay-Abaire, mise en scène de Claudia Stavisky

« Rabbit Hole » s’entend à la fois comme une référence à Alice au pays des merveilles, où le lapin, forcément toujours en retard…, s’engouffre dans un trou qui donne accès à un monde plus que surprenant de l’autre côté du miroir… et aussi comme un lien direct avec le « trou noir », ce puits où l’on s’engouffre au sein d’une énergie folle dont nul ne sait comment elle est véhiculée et qui « absorbe tout, même la lumière ».

Cette double traduction et ce jeu de mots entre le « trou du lapin » et le « trou noir atmosphérique » s’invite comme une parabole pour cette pièce de théâtre contemporaine, essentielle, où la résilience côtoie l’humour et où la possibilité de pardon n’empêche pas le besoin invitant de se souvenir en permanence, en évitant cependant la morbidité, même si l’implacable détresse peut resurgir à chaque instant.

Becky et Howard ont eu la douleur indicible de perdre leur fils vénéré et adoré de quatre ans, de manière accidentelle ; on apprendra qu’il avait suivi son chien en courant et qu’un jeune automobiliste n’a pas freiné à temps…

Huit mois ont passé et Becky et Howard tentent de survivre et de surmonter, si telle est la gageure possible, leur peine immense, incommensurable…

Becky préfère se séparer des affaires de son fils alors qu’Howard apprécierait les conserver ; Becky ne comprend pas pourquoi ses amies et amis intimes ne l’appellent pas alors qu’Howard considère qu’ils se sentent certainement en gêne et n’osent pas, de peur de créer des contraintes, surtout en venant, en invitation, avec leurs propres enfants…

La sœur de Becky, Izzy, plutôt perçue comme difficile pour se poser et s’engager, qui a du mal à conserver un emploi et apparaît comme fortement instable, informe la famille qu’elle est enceinte et cette belle nouvelle ne se place pas de façon aisée, car la naissance à venir peut aussi rappeler le souvenir de l’enfant disparu…

La maman de Becky et d’Izzy, Nat, dont nous apprendrons la mort de son fils à un âge jeune, vient fréquemment rendre visite à ses filles, elle aime discuter, converser, mais ses propos ne sont pas toujours adéquats ; il reste que Nat cherche toujours à s’ouvrir et réfléchir et n’imagine jamais créer une maladresse…

Cette pièce de théâtre, écrite avec soin et finesse, sur un sujet très difficile et nécessitant ô combien de l’adresse rédactionnelle et de la minutie dans la relation des actrices et acteurs, est jouée en ce moment par une distribution en état de grâce.

L’entrelacement entre des phrases courantes, de la vie quotidienne et la montée des tensions exprimant la crainte de l’avenir et la perte de l’être cher interrogent la volonté de vivre malgré tout, orchestrent une ampleur marquante, donnant au jeu des rôles une subtilité toute en retenue où s’enchevêtrent des moments de partage, des cris déchirants d’abandon, des doutes, des songes complexes, des détresses et pleurs, mais surtout la force de garder intacte la mémoire de celui tant aimé, parti dans des conditions insupportables, en essayant de faire face puis peut-être de tenter une reconstruction.

Julie Gayet (Becky) se voit exceptionnelle, alternant avec application le jeu de la sœur protectrice, de la fille apaisante mais aussi capable de donner du répondant à sa mère, d’épouse attentive mais déterminée à faire valoir son point de vue et surtout ouverte à l’écoute de celui qui se place en responsabilité du terrible accident.

Les moments où elle se place en tension avec Howard, quand ce dernier se rend compte que la cassette où il visionnait son fils, a été utilisée par forte mégarde de son épouse pour un enregistrement… et où elle reçoit Jason – le jeune homme qui conduisait la voiture le jour de l’accident – où ce dernier lui parle d’une nouvelle qu’il vient d’écrire, dédiée à l’enfant disparu, évoquant une parabole sur un monde sublimé par la force des esprits où l’enfant pourrait apparaître en étoile, constituent une attractivité théâtrale majeure.

Car l’on parle de la différence du deuil porté, où certains ont besoin de rites et de sacralisation et d’autres de retrait et d’introspection, sans jamais donner de jugement de valeur, et l’on évoque aussi la possible rédemption par l’écoute et le pardon, même si Howard ne s’y sent pas encore prêt, ce que personne ne lui reprochera.

Patrick Catalifo (Howard) donne de l’épaisseur à son rôle et ne cache pas ses troubles, ses limites, ses débats intérieurs, lui qui aime tant son chien, qu’aimait tant son fils, alors que Becky a confié l’animal à sa mère, alors qu’Howard a tant besoin de son retour… Là encore, le chien peut être perçu comme le responsable collatéral de l’accident, mais il peut aussi se placer comme le lien de tendresse et d’affection qui l’unissait à l’enfant.

Mention spéciale pour le jeune Renan Prévot qui joue Jason et sait jouer avec candeur, avec un sens parfois proche de l’impassibilité, mais qui veut forcer le destin, en comprenant que les parents de l’enfant puissent le rejeter, en sollicitant l’écoute de leur douleur et en leur témoignant compassion et volonté personnelle, non pas de se racheter, mais d’exprimer son désarroi, en voulant trouver les mots et les formes pour se rendre utile et ainsi participer à la mémoire de l’enfant.

Je vous conseille instamment d’aller voir la pièce et aussi de prolonger votre découverte théâtrale en lisant le numéro de L’avant-scène théâtre, consacré à la pièce, où vous retrouverez le texte de l’adaptation, intégral, car sa lecture permet à la fois de se remémorer la force du jeu, mais aussi de savourer la maîtrise de l’écriture, car elle allie la puissance du sujet : la perte d’un enfant avec la juxtaposition de phrases très quotidiennes, d’une simplicité majeure, mais qui savent émouvoir, choquer, agacer, pour enfin cerner les pistes pour une résilience possible.

Merci à Claudia Stavisky pour la sincérité donnée dans l’émotion de la pièce, dans les fêlures des personnages et qui associe à ces tensions rudes des moments d’humour et de poésie attachants et prenants.

Merci à la distribution pour sa complémentarité réussie pour donner corps au texte et faire réfléchir l’assistance en même temps qu’elle savoure un moment de théâtre structurant.

Allier la force de l’analyse avec le plaisir d’un jeu percutant, c’est ce que vous vivrez lorsque la pièce viendra vous rencontrer en votre ville, pour sa promenade en tournée.

Et lisez le texte de David Lindsay-Abaire ou son adaptation réussie par Marc Lesage.

Éric

Blog Débredinages

Rabbit Hole – Univers parallèles

Texte en anglais (États-Unis) de David Lindsay-Abaire

Adaptation remarquable en français de Marc Lesage

Mise en scène de Claudia Stavisky ; création au théâtre des Célestins de Lyon le 13 septembre 2017

Distribution : Julie Gayet (Becky), Patrick Catalifo (Howard), Lolita Chammah (Izzy), Nanou Garcia (Nat) et Renan Prévot (Jason)

Poursuivez par la lecture du dossier très complet de L’avant-scène théâtre, numéro 1428, 14€, avec le texte intégral de la pièce adaptée.

Amphitryon de Molière

 

En cette période vécue, pour le moins agitée, où les théories du complot s’enchevêtrent avec des faussetés permanentes, il est bon de revenir aux textes fondateurs et à la littérature de notre patrimoine.

Récemment, fin janvier 2017, au théâtre des Célestins de Lyon, j’ai partagé un moment important en assistant à la représentation, pour la première fois pour ce qui me concerne, d’une pièce de Molière pour laquelle j’avoue que je ne maîtrisais pas le texte, « Amphitryon », et elle m’est apparue d’une telle actualité que je me suis décidé, au rideau de fin, d’aller à la boutique du théâtre pour me procurer le texte intégral et le savourer une nouvelle fois, à mon rythme de lecture.

Cette pièce en trois actes, et en vers, a été écrite en 1668, en une période où « Le Tartuffe » était toujours censuré et-ou interdit mais où Molière ressentait une capacité à pouvoir continuer à alerter et critiquer, et où sa notoriété et sa protection relative en Cour, pouvaient lui assurer une certaine liberté de ton.

Il reste que cette pièce n’a pas connu les succès d’estime de bien d’autres, qu’elle est toujours un peu confidentielle et peu jouée sur les scènes théâtrales.

Amphitryon, général des Thébains a sollicité son valet, Sosie, pour informer son épouse Alcmène de sa victoire au combat.

Il ignore que le Dieu des Dieux, Jupiter, a pris, depuis quelques temps, son apparence physique, pour prendre sa place auprès d’Alcmène, dont la beauté l’a subjugué.

Quand Sosie approche du domicile d’Amphitryon et qu’il répète la scène qu’il va livrer à Alcmène pour lui narrer les exploits de son mari, il est sévèrement recadré par Mercure, qui lui aussi s’est glissé dans la peau et les réalités de Sosie, et qui est chargé, par Jupiter, d’empêcher Sosie de toute communication avec la femme d’Amphitryon.

Toute la pièce, avec un comique enlevé, s’intercale en ce quiproquo où Alcmène ne comprend pas comment son époux ne peut pas se souvenir d’une nuit d’ébats sensuels (Jupiter prenant les traits d’Amphitryon semble avoir des ressources bien supérieures à l’original…) et Amphitryon ne peut accepter que sa femme ne l’accueille pas, avec vénération, en prétextant une rencontre nocturne dont il ne se souvient nullement et pour cause…

Sosie vit les mêmes déboires avec Cléanthis, servante d’Alcmène et son épouse dans le civil, car cette dernière s’est vu rejetée par Mercure (alias le faux Sosie) et elle se place en bouderie sévère face à son vrai mari, qu’elle considère comme un ingrat et comme ayant pu l’oublier…

Mais la pièce se structure aussi en tragédie, car elle se métamorphose comme une parabole sur le mensonge et la manipulation, où les Grands de ce Monde-ici ou de l’Olympe, se moquent bien des gens d’ici-bas et se jouent d’eux, sans contrainte et sans aucun regret, et où les faveurs que l’on peut recevoir d’eux se payent comptant, avec la perception que l’on sera bien « jeté » si l’on ne satisfait plus aux regards des Princes…

Entre nos impétrants du moment à la fonction suprême, qui quand ils se doivent de répondre à une demande d’audience judiciaire, prétextent une manœuvre du pouvoir en place… ou qui transforment une possible mise en examen par un complot judiciaire ou médiatique, on retrouve avec force l’illustration de la tirade de Jupiter qui regagne l’Olympe en déclarant à Amphitryon, cocufié et interdit par ce qu’il vient de vivre, qu’il « peut hardiment se flatter de ces espérances données ; c’est un crime que d’en douter, les paroles de Jupiter sont des arrêts des destinées ! (acte III Scène 10) ».

L’on pourrait aisément considérer que nous ne pouvons qu’être heureux des messages de nos édiles, car douter d’eux serait assimilé à un crime de lèse ou à une offense insoutenable, et nous ne pouvons qu’être satisfaits de leurs réalités ou de leurs programmes, puisque notre « destinée » et « notre avenir » ne seront assurément qu’entre de bonnes mains, et il faut nécessairement le croire…

Utilise l’ironie pour montrer que l’apparence se place souvent en un poids supérieur au réel ou que le réel n’est intégré que par la fatuité des apparences que l’on considère comme impérativement justes ou justifiées, résonne avec force, particulièrement en ce moment, et seule la quintessence de l’esprit de Molière s’affecte d’arriver à nous faire rire et réfléchir, nous invite à rester analyste, en proie au doute et nous assure de demeurer des citoyens actifs, éclairés, soucieux de la meilleure des probités et du possible désintéressement de nos représentants…

Une pièce qui invite à méditer comme à rester lucides et optimistes !

Et je vous conseille la représentation de la pièce, avec la mise en scène de Guy-Pierre Couleau , si d’aventure, elle pénètre votre secteur géographique.

 

Éric

Blog Débredinages

Amphitryon

Pièce en trois actes de Molière

Édition du Livre de Poche, en texte intégral

Présentation érudite, et notes très intéressantes et réflexives, de Jean-Pierre Collinet

3.10€

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑