Amie Lectrice et Ami Lecteur, je poursuis mes retours de lecture estivale des œuvres écrites en Pacifique Sud, en sa fin de vie, par Robert-Louis Stevenson.

N’oublions jamais que Stevenson était francophile, et lors de ma visite au centre littéraire d’Édimbourg, en 2013, consacré aux écrivains natifs Ecossais, la personne-ressource et érudite sur Stevenson que je rencontrais, avait insisté, sur ce point, en me rappelant à plusieurs reprises que Stevenson signait Robert-Louis et non Robert-Lewis.

Il faut croire aussi que Stevenson voulait, ainsi, faire un pied de nez à l’Angleterre Victorienne, puissance impériale et dominatrice, et à sa faconde récurrente pour damner toute velléité d’autonomie ou d’indépendance chez les Écossais.

Catriona est un roman Écossais, même s’il a été écrit aux Samoa, et il intègre de nombreuses communications en style direct, avec une traduction qui respecte les accents et « patois » des différents clans d’Ecosse, permettant ainsi à Stevenson de rappeler la richesse des peuples de la Calédonie historique, pétrie de diversités, mais aussi de luttes souvent fratricides qui n’ont qu’occasionné la mainmise Anglaise sur les territoires…

Catriona se veut la suite d’un roman de Stevenson, Enlevé, qui raconte les tensions et angoisses trépidantes, mais aussi les courages et volontés insondables de David Balfour, vendu comme esclave par son oncle, qui ne voulait pas qu’il réclame ses droits sur le domaine familial à la mort de ses parents, alors qu’il n’avait pas dix-huit ans.

David Balfour a été, si l’on peut dire, sauvé, par Alan Breck Stewart, dont la chaloupe avait été heurtée par le bateau d’esclaves, l’envoyant par le fond.

Alan avait pour mission secrète de récupérer des fonds de son clan, les Stewart d’Appin, dont le chef était exilé en France (la France a toujours appuyé l’Ecosse face à l’Angleterre et Stevenson en a raffermi sa francophilie…).

Mais les esclavagistes, au bateau endommagé par les heurs avec la chaloupe, pouvant continuer à naviguer, avaient eu vent qu’Alan avait de l’or et avaient décidé de l’assassiner.

David prévint à temps Alan et se rangea de son côté.

Le capitaine du bateau esclavagiste avait proposé à Alan de le débarquer sur une côte à proximité des territoires d’Appin, mais en se rapprochant de la terre le bateau heurta un récif et sombra.

David put rejoindre à la nage le secteur de Mull, où Alan l’avait précédé, et ils devaient se retrouver chez l’un des parents d’Alan, James Stewart des Glens.

Sur sa route David croise Glenure, un agent du roi, qui avait pour objectif d’expulser les résidents qui occupaient les terres confisquées du clan d’Alan.

Glenure fut assassiné par un coup de feu tiré d’un bois ; David prit la fuite, d’abord pour rechercher l’auteur du méfait, puis fut rejoint par Alan.

Les coupables repérés du forfait étaient donc James Stewart des Glens, Alan et David, ces deux derniers ayant démontré leurs potentiels aveux par le fait d’avoir disparu et en « ayant accepté » d’être fugitifs…

Une récompense fut promise à qui arrêterait le trio.

David finit par rencontrer un notaire qui le rétablit dans ses droits patrimoniaux, et prit fait et cause pour lui, assuré de son innocence.

David aida Alan à quitter l’Ecosse mais voulait témoigner de l’innocence de James Stewart des Glens, qui fut arrêté et mis en prison, pour son procès, et lui éviter la peine capitale promise.

David désirait rencontrer le Procureur du roi, Prestongrange, pour lui évoquer son témoignage.

En chemin il croise une très belle jeune fille, digne et forte, qui allait rendre visite à son père emprisonné, don le nom de clan était proscrit depuis des lustres.

La jeune fille souhaite acheter du tabac pour son père mais n’a pas pris d’argent ; David insiste pour lui venir en aide, et ainsi pouvoir avoir le plaisir de la revoir, puisque cette jeune fille ne souffrirait pas de posséder même une petite dette…

David est subjugué par sa beauté et la retient en ses yeux, et il ne peut plus s’en détacher.

Le canevas du livre se repère défini ainsi, avec de multiples aventures qui vont s’enchevêtrer, organisant ce roman à tiroirs, avec plusieurs épisodes mariant le suspense, la tension, l’humeur et l’humour, et la galanterie amoureuse ou romanesque, avec un charme un brin suranné, mais très poétisé :

  • Prestongrange est vite convaincu par le témoignage de David, mais il lui demande de considérer que la raison d’Etat, qui doit décider de la mort d’un homme de clan hostile au roi, ne peut être contestée, et qu’entre la justice et la puissance, l’autorité aura toujours avantage…
  • Les filles de Prestongrange deviennent les confidentes de David, qui s’essaie à plusieurs reprises, à plaider pour la reconnaissance de l’innocence de Stewart et l’une d’entre elles, qu’il va accompagner en promenades récurrentes, lui donnera des conseils pour que sa flamme pour Catriona soit partagée, tout en espérant que David lui témoigne toujours une amitié réelle et solide.
  • David sait qu’il est suivi par les agents du roi ; il est même provoqué en duel au moment où ses racines et clans sont insultés, alors qu’il ne sait pas escrimer, mais comme il est tombé sur un gentilhomme qui refuse un combat inégal, il s’en tire avec de simples contusions…
  • Il est clair pour les officiels que David ne réfutera jamais sa volonté de témoigner en faveur de Stewart à son procès, alors il s’agit de le faire taire, de le mettre en sécurité sur une île aux quatre vents, où seuls les fous de Bassan prennent repos, en attendant que le procès passe…
  • David finit par échapper à ses geôliers, traverse la mer dans des conditions épiques et arrivera au procès en son dernier jour…
  • Catriona doit embarquer pour la Hollande, David l’accompagne, car il pourra à la fois pourvoir aux intérêts du clan d’Alan, avec ses liens avec la France, et aider Catriona en sa volonté de défendre les idéaux de ses familles, même si elle est consciente que son père, emprisonné, a pu les trahir pour recouvrer sa liberté récente…
  • David sauve Catriona de la déchéance, car il est imaginé qu’elle continue un voyage sans le sou et sans repère ; il la prend sous sa protection et ils occupent deux chambres contiguës, alors que David s’inscrit à l’université et que Catriona devient sa dame de compagnie et de promenade, David lui apportant confort, gîte et couvert, en une réalité platonique qui met à mal les sens des deux jeunes…
  • Le retour du père de Catriona se livrant à une sorte de chantage avec David, entre son appui financier direct et le fait de livrer publiquement qu’il aurait déshonoré sa fille, entraîne de vives péripéties et l’obligation pour David, en retrouvant Alan, de sauver sa réputation, de faire reconnaître la dignité de Catriona, de lutter pour la sauvegarde des clans des Highlands, quand le père de Catriona voudra livrer David et Alan aux autorités anglaises…

Ce livre se lit comme un roman d’aventures picaresque et – si l’on peut parfois le trouver un peu apprêté et aux poncifs sur l’orgueil, l’honneur et le devoir, un peu trop marqués  – il nous faut se rappeler qu’il se place avec une histoire romancée du XVIIIème siècle, où les formes maniérées avaient une importance majeure dans les relations humaines. Ceci dit je plaide toujours pour le respect et l’élégance des formes, en permanence.

Ce livre parle de justice, avec sa confiscation par les puissants et les autorités qui font fi des respects de la défense ou du contradictoire ; ce livre parle d’amour et plaide, avec force, pour l’indépendance des sentiments et le consentement éclairé du promis ou de le promise ; ce livre parle du droit des peuples et des populations à disposer d’eux-mêmes pour réfuter les dominations ou les obscurantismes.

Clairement ce livre s’affiche avec une forte modernité, car les combats pour la justice, le libre arbitre et le refus de soumission demeurent totalement actuels, ici et ailleurs !

 

Eric

Blog Débredinages

 

Catriona

Robert-Louis Stevenson

Traduction par Marc Porée

Veillées des îles – Derniers romans – Œuvres III – Bibliothèque de la Pléiade – Nrf Gallimard

« To travel hopefully is a better thing than to arrive ! » ; Stevenson (Virginibus Puerisque, 1881), citation de référence pour moi !

Photo de Stevenson, bedetheque copyright

Ile de Mull, chère à Stevenson, et évoquée dans Catriona, photo, copyright Télérama