Recherche

débredinages – "s'enrichir par la différence !"

Mois

août 2020

Catriona de Robert-Louis Stevenson

 

Amie Lectrice et Ami Lecteur, je poursuis mes retours de lecture estivale des œuvres écrites en Pacifique Sud, en sa fin de vie, par Robert-Louis Stevenson.

N’oublions jamais que Stevenson était francophile, et lors de ma visite au centre littéraire d’Édimbourg, en 2013, consacré aux écrivains natifs Ecossais, la personne-ressource et érudite sur Stevenson que je rencontrais, avait insisté, sur ce point, en me rappelant à plusieurs reprises que Stevenson signait Robert-Louis et non Robert-Lewis.

Il faut croire aussi que Stevenson voulait, ainsi, faire un pied de nez à l’Angleterre Victorienne, puissance impériale et dominatrice, et à sa faconde récurrente pour damner toute velléité d’autonomie ou d’indépendance chez les Écossais.

Catriona est un roman Écossais, même s’il a été écrit aux Samoa, et il intègre de nombreuses communications en style direct, avec une traduction qui respecte les accents et « patois » des différents clans d’Ecosse, permettant ainsi à Stevenson de rappeler la richesse des peuples de la Calédonie historique, pétrie de diversités, mais aussi de luttes souvent fratricides qui n’ont qu’occasionné la mainmise Anglaise sur les territoires…

Catriona se veut la suite d’un roman de Stevenson, Enlevé, qui raconte les tensions et angoisses trépidantes, mais aussi les courages et volontés insondables de David Balfour, vendu comme esclave par son oncle, qui ne voulait pas qu’il réclame ses droits sur le domaine familial à la mort de ses parents, alors qu’il n’avait pas dix-huit ans.

David Balfour a été, si l’on peut dire, sauvé, par Alan Breck Stewart, dont la chaloupe avait été heurtée par le bateau d’esclaves, l’envoyant par le fond.

Alan avait pour mission secrète de récupérer des fonds de son clan, les Stewart d’Appin, dont le chef était exilé en France (la France a toujours appuyé l’Ecosse face à l’Angleterre et Stevenson en a raffermi sa francophilie…).

Mais les esclavagistes, au bateau endommagé par les heurs avec la chaloupe, pouvant continuer à naviguer, avaient eu vent qu’Alan avait de l’or et avaient décidé de l’assassiner.

David prévint à temps Alan et se rangea de son côté.

Le capitaine du bateau esclavagiste avait proposé à Alan de le débarquer sur une côte à proximité des territoires d’Appin, mais en se rapprochant de la terre le bateau heurta un récif et sombra.

David put rejoindre à la nage le secteur de Mull, où Alan l’avait précédé, et ils devaient se retrouver chez l’un des parents d’Alan, James Stewart des Glens.

Sur sa route David croise Glenure, un agent du roi, qui avait pour objectif d’expulser les résidents qui occupaient les terres confisquées du clan d’Alan.

Glenure fut assassiné par un coup de feu tiré d’un bois ; David prit la fuite, d’abord pour rechercher l’auteur du méfait, puis fut rejoint par Alan.

Les coupables repérés du forfait étaient donc James Stewart des Glens, Alan et David, ces deux derniers ayant démontré leurs potentiels aveux par le fait d’avoir disparu et en « ayant accepté » d’être fugitifs…

Une récompense fut promise à qui arrêterait le trio.

David finit par rencontrer un notaire qui le rétablit dans ses droits patrimoniaux, et prit fait et cause pour lui, assuré de son innocence.

David aida Alan à quitter l’Ecosse mais voulait témoigner de l’innocence de James Stewart des Glens, qui fut arrêté et mis en prison, pour son procès, et lui éviter la peine capitale promise.

David désirait rencontrer le Procureur du roi, Prestongrange, pour lui évoquer son témoignage.

En chemin il croise une très belle jeune fille, digne et forte, qui allait rendre visite à son père emprisonné, don le nom de clan était proscrit depuis des lustres.

La jeune fille souhaite acheter du tabac pour son père mais n’a pas pris d’argent ; David insiste pour lui venir en aide, et ainsi pouvoir avoir le plaisir de la revoir, puisque cette jeune fille ne souffrirait pas de posséder même une petite dette…

David est subjugué par sa beauté et la retient en ses yeux, et il ne peut plus s’en détacher.

Le canevas du livre se repère défini ainsi, avec de multiples aventures qui vont s’enchevêtrer, organisant ce roman à tiroirs, avec plusieurs épisodes mariant le suspense, la tension, l’humeur et l’humour, et la galanterie amoureuse ou romanesque, avec un charme un brin suranné, mais très poétisé :

  • Prestongrange est vite convaincu par le témoignage de David, mais il lui demande de considérer que la raison d’Etat, qui doit décider de la mort d’un homme de clan hostile au roi, ne peut être contestée, et qu’entre la justice et la puissance, l’autorité aura toujours avantage…
  • Les filles de Prestongrange deviennent les confidentes de David, qui s’essaie à plusieurs reprises, à plaider pour la reconnaissance de l’innocence de Stewart et l’une d’entre elles, qu’il va accompagner en promenades récurrentes, lui donnera des conseils pour que sa flamme pour Catriona soit partagée, tout en espérant que David lui témoigne toujours une amitié réelle et solide.
  • David sait qu’il est suivi par les agents du roi ; il est même provoqué en duel au moment où ses racines et clans sont insultés, alors qu’il ne sait pas escrimer, mais comme il est tombé sur un gentilhomme qui refuse un combat inégal, il s’en tire avec de simples contusions…
  • Il est clair pour les officiels que David ne réfutera jamais sa volonté de témoigner en faveur de Stewart à son procès, alors il s’agit de le faire taire, de le mettre en sécurité sur une île aux quatre vents, où seuls les fous de Bassan prennent repos, en attendant que le procès passe…
  • David finit par échapper à ses geôliers, traverse la mer dans des conditions épiques et arrivera au procès en son dernier jour…
  • Catriona doit embarquer pour la Hollande, David l’accompagne, car il pourra à la fois pourvoir aux intérêts du clan d’Alan, avec ses liens avec la France, et aider Catriona en sa volonté de défendre les idéaux de ses familles, même si elle est consciente que son père, emprisonné, a pu les trahir pour recouvrer sa liberté récente…
  • David sauve Catriona de la déchéance, car il est imaginé qu’elle continue un voyage sans le sou et sans repère ; il la prend sous sa protection et ils occupent deux chambres contiguës, alors que David s’inscrit à l’université et que Catriona devient sa dame de compagnie et de promenade, David lui apportant confort, gîte et couvert, en une réalité platonique qui met à mal les sens des deux jeunes…
  • Le retour du père de Catriona se livrant à une sorte de chantage avec David, entre son appui financier direct et le fait de livrer publiquement qu’il aurait déshonoré sa fille, entraîne de vives péripéties et l’obligation pour David, en retrouvant Alan, de sauver sa réputation, de faire reconnaître la dignité de Catriona, de lutter pour la sauvegarde des clans des Highlands, quand le père de Catriona voudra livrer David et Alan aux autorités anglaises…

Ce livre se lit comme un roman d’aventures picaresque et – si l’on peut parfois le trouver un peu apprêté et aux poncifs sur l’orgueil, l’honneur et le devoir, un peu trop marqués  – il nous faut se rappeler qu’il se place avec une histoire romancée du XVIIIème siècle, où les formes maniérées avaient une importance majeure dans les relations humaines. Ceci dit je plaide toujours pour le respect et l’élégance des formes, en permanence.

Ce livre parle de justice, avec sa confiscation par les puissants et les autorités qui font fi des respects de la défense ou du contradictoire ; ce livre parle d’amour et plaide, avec force, pour l’indépendance des sentiments et le consentement éclairé du promis ou de le promise ; ce livre parle du droit des peuples et des populations à disposer d’eux-mêmes pour réfuter les dominations ou les obscurantismes.

Clairement ce livre s’affiche avec une forte modernité, car les combats pour la justice, le libre arbitre et le refus de soumission demeurent totalement actuels, ici et ailleurs !

 

Eric

Blog Débredinages

 

Catriona

Robert-Louis Stevenson

Traduction par Marc Porée

Veillées des îles – Derniers romans – Œuvres III – Bibliothèque de la Pléiade – Nrf Gallimard

« To travel hopefully is a better thing than to arrive ! » ; Stevenson (Virginibus Puerisque, 1881), citation de référence pour moi !

Photo de Stevenson, bedetheque copyright

Ile de Mull, chère à Stevenson, et évoquée dans Catriona, photo, copyright Télérama

L’appel de la forêt de Jack London

Amie Lectrice et Ami Lecteur, je ne suis pas de nature nostalgique.

Je regarde le passé avec la lucidité de ce que j’ai pu faire de positif et d’apprécié et avec l’obligation, sans délectation morose, d’un retour introspectif face aux contraintes que j’ai pu vivre ou créer, mais je préfère avancer et entreprendre que de revenir en récurrence sur ce qui a été fait, et qui de toutes façons ne peut se réécrire…

Il reste que, de retour estival dans ma maison familiale de l’Allier, j’ai retrouvé dans ma bibliothèque d’adolescent un livre d’un de mes auteurs favoris et fétiches, dans la collection « 1000 soleils » de Gallimard qui m’enchantait, car elle associait objet de qualité et assurance de lecture mise en perspective par des notices et cahiers complémentaires.

Je vous l’ai déjà dit, j’ai toujours été porté et bercé par les auteurs-voyageurs et découvreurs et je me transportais sur leurs récits en me considérant comme partie prenante des personnages et de leurs aventures.

Et cette reconnaissance pour les écrivains avides de grands espaces et de chevauchées m’est installée et récurrente, et je ne peux que louer mes lectures de Jules Verne, de Stevenson et de Jack London et m’incliner à satiété devant leurs œuvres et leurs narrations toujours précises, ciselées, profondes et inspirées.

Jack London a eu une vie courte mais frénétique.

Il a été marin, chercheur d’or, employé dans une blanchisserie et il s’est tourné vers le journaliste et l’écriture pour décrire les conditions de vie des humbles qu’il savait difficiles, rudes et souvent déplorables mêmes ; il participa aux premières grèves ouvrières, se forgea des convictions socialistes et se suicida à quarante ans par la perception qu’il ne pourrait suffisamment apporter pour construire de meilleurs idéaux.

J’ai toujours une pensée pour cet homme à l’œuvre prolifique réalisée en très peu de temps et qui était toujours torturé par l’insuffisance qu’il constatait pour améliorer le sociétal, alors qu’il ne pouvait pas tout porter sur lui, même s’il s’investissait sans compter, avec – comme souvent – les critiques de celles et ceux qui trouvent toujours que celles et ceux qui s’engagent n’en font jamais assez… et qui reçoivent plus constamment des méchancetés que celles et ceux qui restent à quai, stoïques…

Céline aimait dire : « soyez certain que ceux que vous aiderez et appuierez ne vous seront jamais en reconnaissance et vous reprocheront souvent de ne pas avoir assez fait… » et il parachevait par cette formule : « Si les gens sont si méchants après votre aide, c’est peut-être seulement parce qu’ils souffrent… »…

Il est toujours utile d’avoir en tête ces citations et analyses pour rester solidaires et ne jamais avoir d’illusions, en restant désintéressé et assez flegmatique.

« L’appel de la forêt » est un livre dense, rude, impitoyable et flamboyant.

Buck, chien magnifié issu de Terre-Neuve et de Colley-Ecossaise, suit son notable de maître et est apprécié de ses enfants, il mène une vie respectueuse et sans heurs.

Mais nous sommes en cette fin de dix-neuvième siècle, où la ruée vers l’or oblige à conquérir des espaces sauvages et inhospitaliers, et il faut des chiens, des chiens ardents et forts, pour porter le matériel et affronter les climats arctiques de l’Alaska ou du Klondike.

Buck, comme beaucoup de ses congénères, va être livré par un des domestiques à un trafiquant et se retrouve, ballotté par un voyage sans fin, enfermé en une cage – même s’il ne s’est pas laissé faire et qu’il n’a fini par stopper le combat que par l’assaut de multiples coups de gourdin des kidnappeurs sur son échine – propriété, de deux hommes qui assurent le trajet postal entre les poches de métal jaune et l’Amérique « civilisée », pour que les familles aient des nouvelles de ceux qui s’escriment à trouver des pépites pour un potentiel sort économique plus aisé…

Perrault et François, Canadiens aux résonances francophones, deviennent les propriétaires de Buck et ils l’intègrent en leur équipage-traîneau où il court sur les terres enneigées et gelées, porté par le chef de meute.

Les mushers employés de poste reconnaissent vite que Buck sait s’adapter, sait avancer, sait donner toute sa fougue et s’intégrer dans le groupe de chiens, mais ils repèrent vite aussi qu’il n’accepte pas d’être domestiqué par les autres chiens, qu’il n’abandonnera jamais sa part de pitance et le lieu où il se reposera, qu’il sait vite ruser pour éviter les coups ou ne pas se faire prendre quand des victuailles sont dérobées…

Spitz le chef de meute analyse vite que Buck sera un adversaire redoutable et qu’il voudra prendre sa place ; la lutte entre les deux chiens deviendra cruelle et sauvage ; Spitz possède la supériorité de l’expérience, le respect de ses congénères et la place de leader, mais Buck a compris que s’il ne lutte pas et ne combat pas, il sera toujours mis en tension et en peine, alors il rend coup sur coup.

La description de London, lorsque Spitz et Buck se font face à face, sous le regard de chiens affamés appartenant aux orpailleurs ou sans maître, se place comme un récit étincelant, d’une cruauté bestiale, où Spitz comprend qu’il va être vaincu et dévoré par ceux qui attendaient que le combat désigne un vainqueur.

Buck devient chef de meute, mais Perrault et François ont atteint leurs objectifs, et Buck est vendu, comme les autres chiens, à un équipage mal préparé, visiblement en volonté de conquérir territoires et fortunes, mais désordonné et sans expérience.

Une femme et deux hommes constituent un attelage inconséquent, aux bagages trop lourds, qui font chavirer le traîneau souvent ; tous les trois n’écoutent pas les conseils de ceux qu’ils rencontrent et ils finissent par fouetter en violence absolue leurs bêtes, non nourries, pour tenter d’atteindre leurs buts et conjurer le sort.

Buck n’en peut plus, et alors qu’il semble rendre l’âme et qu’il ne veut plus avancer, sentant que la glace où veulent s’aventurer les membres de l’équipage se repère trop friable, est « sauvé » et racheté par un homme, qui aime les chiens et qui connaît leur valeur et leur endurance, Thornton.

Buck sait qu’il doit la vie à cet homme qui le prend en affection et panse ses blessures et lui permet de se reconstituer.

Il sera l’ami fidèle de cet homme, mais ne sera jamais en perte d’indépendance, car il a connu de tels traitements et vécu de tels dangers, qu’il ne peut être que dans la méfiance…

Thornton et ses associés essaient de redécouvrir un endroit isolé, où un chercheur d’or passé aurait eu la main heureuse, mais dont l’atelier aurait été perdu de vue ; ils finissent par retrouver l’endroit béni, et Thornton sait que sa vie fut sauvée, en cette expédition, alors qu’emporté par des rapides, Buck, encordé, a tout fait pour l’agripper et le ramener sur la rive.

Mais Buck entend des cris, des hurlements et l’appel du loup l’attire, et quand il rencontre un loup sauvage, ils se montrent les crocs mutuellement, mais finissent par s’enfouir ensemble dans l’épaisseur naturelle et à s’apporter du bien commun.

Quand Buck revient sur le lieu de redécouverte d’orpaillage, il constate un désastre car une tribu indienne a décimé Thornton et ses associés, en un carnage funeste, mais l’or crée l’avidité et la violence et le territoire appartient aussi aux esprits des anciens… ; Buck fonce dans le tas et met en déroute les indiens interdits, et Buck sait que sa vie passe par une réponse à l’appel de la forêt…

Ce livre n’est pas seulement une ode à l’amitié entre homme et chien, à la chevauchée compliquée et tendue dans les grands espaces, à la reconnaissance de l’instinct de survie qui fait accomplir parfois les cruautés les plus insoutenables,  il constitue une parabole entre vils instincts et capacités de rédemption.

L’homme peut à la fois être voleur, trafiquant, s’enrichir sans vergogne, assurer des violences sans remords, mais il peut être aussi à l’écoute, capable de justesse et justice, accomplir des exploits et des expéditions insensées et reconnaître les bienfaits des amitiés et affections

L’animal, ici le chien ou le loup, peut sauvagement et cruellement assurer sa place de chef de meute, peut ruser et mettre à mal toute concurrence, mais il peut aussi s’intégrer comme un compagnon solidaire, donner le meilleur de lui-même pour atteindre les objectifs assignés par son maître et ne pas hésiter à répondre à son appel, quand il est en danger.

Ce livre est dense car écrit avec une énergie qui tient en permanence en haleine.

Ce livre est rude car il ne fait jamais de concession ; les hommes et les chiens vivent, trébuchent, s’affaissent, deviennent sournois, en gardant intacte l’atteinte de leur but.

Ce livre est impitoyable car la violence et la cruauté sauvage s’y développent, comme la restitution du réel des conditions de vie des conquérants du Klondike et de leurs frères chiens de traîneau.

Ce livre est flamboyant car il nous emplit d’émotions, de forces et de fougues.

 

Eric

Blog Débredinages

 

L’appel de la forêt

Jack London

Traduit de l’anglais par Madame de Galard, comme évoqué sans « prénom », en cette édition…

Cahier réalisé et illustré par Bernard Planche, avec des thématiques assez pro-chasse et peu écologistes, ce qui prouvent que les préoccupations étaient différentes en 1976, même si les Inuits chassent pour vivre…

Gallimard, « 1000 soleils », collection personnelle de 1976, donc collector…

Photo de Jack London : linternaute copyright

Hommage à Robert Hébras !

 

Cher Robert,

Vous ne vous souvenez, bien évidemment, pas de moi, mais pour ce qui me concerne, je me remémore, en permanence, votre présence toute en douceur, en émotions et en forces incarnées, en cette journée du printemps 1987, où vous m’accueillîtes, avec quelques amis, pour un parcours de mémoire, en le village martyr d’Oradour sur Glane.

Vous aviez soixante-deux ans, et vous teniez à recevoir, par vous-même, les visiteuses et visiteurs de ce lieu marqué par l’horreur, pour évoquer ce qu’était votre village avant la folie dévastatrice et la cruauté installée du 10 juin 1944 ; vous vouliez aussi témoigner, encore et toujours, pour que pareille infamie et réalité terrifiante ne se reproduisent plus jamais.

Vous nous aviez montré la grange Laudy où les hommes avaient été rassemblés pour être fusillés, et où vous surviviez, en ne bougeant pas, sous les corps des villageois qui vous recouvraient, sachant que les SS de la Division Das Reich observaient tout mouvement et achevaient tout corps manifestant encore une étincelle de vie…

Vous nous aviez raconté, avec la larme du souvenir et de la douleur toujours vivaces, que la grange avait été incendiée, pour que les traces de ce forfait insoutenable disparaissent, comme les Nazis l’avaient aussi fait pour les chambres à gaz des camps de concentration. Vous quittâtes cette grange alors que le feu vous ravageait.

Vous nous aviez présenté l’église, où femmes et enfants avaient été réunis avant d’y mettre le feu et de les brûler vifs, emportant vos sœurs et mère ; vous aviez aussi retracé, souffle coupé, en montrant un mur, comment un barbare de la division avait pris un nouveau né pour lui fracasser le crane…

Vous parliez avec un semblant « détaché », en présentant les faits, sans omettre les plus viles ignominies, et vous montriez que l’humanité s’était arrêtée en ce jour funeste où seule la volonté d’horreur retentissait, en n’oubliant pas de rappeler qu’Oradour fut martyrisé quatre jours après le débarquement en Normandie, que les divisions SS, comme celle de Das Reich, voulaient terrifier, massacrer, et montrer la force par la violence la plus assumée, comme si les combats pour la victoire Nazie devaient anéantir pour leurs succès toute forme de morale.

Et vous évoquiez Tulle et les pendaisons de 99 suppliciés, la veille, par les mêmes tortionnaires.

Vous aviez assisté au procès de 1953 et aviez regretté qu’il n’ait pu se déployer comme un procès pour l’humanisme et l’humanité, puisqu’il fut accaparé par le soutien du peuple Alsacien auprès des Malgré-Nous, donc des enrôlés de force Alsaciens dans les Waffen SS, très nombreux dans la division Das Reich. Les considérer comme coupables de crimes contre l’humanité ne pouvait s’entendre puisqu’ils ne pouvaient qu’obéir ou mourir…

Pour vous ce procès n’avait pas été orienté sous les auspices attendus et que devait réunir le village martyr.

Dans vos mémoires, l’on vous reprochera, sans vergogne, d’avoir pu douter de cet enrôlement forcé, alors que vous souhaitiez seulement placer chaque homme face à sa conscience : entre le choix de mourir libre de ne pas être souillé par l’horreur et celui d’accepter de participer à l’insoutenable, vous aviez, en tant que témoin du drame absolu, la possibilité d’ouvrir un débat.

Vous regrettiez que l’on vous menace de procès (et vous en avez connus, avant d’être fort heureusement absous) sur la seule intention qui était la vôtre de mettre l’homme ou la femme face à ce choix cornélien : la soumission avec la perte de toute réalité humaine ou l’acceptation d’en finir en conservant son âme. Je ne sais pas – et ne vais certainement pas anticiper – quel serait le mien, en pareille circonstance absolue, mais votre message me sera toujours présent.

La visite de mémoire réalisée, vous ouvriez un sourire, car la vie vous porte, par delà la perte de vos êtres chers et des cauchemars qui s’emplissaient depuis tellement d’années, rappelant ce que vous aviez vécu.

Vous étiez et êtes toujours un Européen convaincu, un partisan permanent, récurrent, du rapprochement, puis de la réconciliation Franco-Allemande et Franco-Autrichienne, et vous vouliez que les Institutions garantissent la paix et la protection civile, la concorde entre les peuples.

Vous arpentez les écoles et rencontrez les jeunes, pour témoigner de l’horreur Nazie et des intolérances, pour affirmer que la déshumanisation se place comme une réalité toujours possible, qu’il convient pour la combattre et l’anéantir, de toujours se pencher sur le passé, se souvenir des moments de l’histoire insoutenables, pour organiser un futur apaisé, positif, où chaque femme et chaque homme considèrent l’autre comme un « enrichisseur » personnel et pas comme un ennemi à contester, avilir, détester…

Vous m’aviez serré la main et dit ces quelques mots : « respirez l’air, songez au passé douloureux de ce village martyr, engagez-vous pour témoigner et porter la mémoire, et surtout soyez conquérant humaniste ! ».

J’ai toujours conservé votre maxime intacte, et ne sais pas si je fus ou si je suis un « conquérant humaniste », mais j’essaie de me placer sous les axes de l’humanisme, pour tenter de participer à la conquête d’un mieux-vivre sociétal.

Je n’évoquerai pas les dernières abjections de viles personnes qui ont saccagé le centre de mémoire, en osant biffer la mention du village martyr pour en revêtir le sinistre mot de « mensonge » ; comme vous l’avez déclaré avec votre profondeur habituelle : « ces actes ne sont pas peut-être pas cernés, mais ils nécessitent de toujours renforcer la vigilance du devoir de mémoire ».

Je voulais, très modestement, en cette humble chronique, vous rendre hommage et vous adresser mes sincères et chaleureuses affections !

Eric

Blog Débredinages

Le diable dans la bouteille de Robert-Louis Stevenson

Amie Lectrice et Ami Lecteur, je poursuis mes retours de lecture concernant le troisième tome des œuvres complètes de Stevenson, de la bibliothèque de la Pléiade, qui intègre toutes les pépites qu’il a écrites, en sa fin de vie de Pacifique Sud, auprès des populations Samoanes qui le considéreront toujours comme leur allié et leur appui.

Stevenson se permettra de transmettre à des journaux anglais sa vision du colonialisme Victorien, apportera sa contribution pour que les populations locales s’autodéterminent et disposent d’elles-mêmes, avec des couplets acérés sur l’insupportable dogme établi sur la primauté des principes « civilisateurs » Européens ou sur la non capacité des gouverneurs Britanniques à reconnaître la profondeur des cultures autochtones…

Au sein d’un recueil joliment appelé Veillées des îles s’insère une nouvelle très Stevensonienne, avec une narration onirique, fantastique, mais aussi très profonde sur la perversité des âmes et consciences, enchaînant une déclamation sur la nécessité de conserver en permanence son libre arbitre et la maîtrise de son destin, réalités qui n’apparaissent jamais simples puisque la vie est aussi faite de compromis, compromissions, fuites, erreurs, accommodements à nos fêlures et capitulations récurrentes aux autorités…

Cette nouvelle s’appelle Le diable dans la bouteille.

Sur l’île d’Hawaï, vit Keawe, sans autre chose que de modestes sous en poche et des perspectives d’avenir difficiles à cerner…

Il rencontre sur les hauteurs de l’île, un homme résidant dans une maison cossue, quasiment un palais, et ce dernier l’apostrophant, Keawe reconnaît qu’il aimerait bien vivre en un endroit de cette nature.

L’homme lui précise qu’il peut lui vendre une bouteille magique qui lui permettra de réaliser tous ses vœux, mais il lui faudra céder la bouteille avant sa fin de vie, car sinon il périrait en enfer et y brûlerait pour l’éternité… ; il ne pourra, de plus, jamais revendre la bouteille pour un prix supérieur ou égal au prix de son achat initial, sinon la bouteille restera collée à son propriétaire sans pouvoir le quitter, le menaçant des terreurs du Diable…

Keawe consent à acheter la bouteille cinquante dollars, mais en quittant l’homme et sa riche demeure, il vérifie, en laissant la bouteille par terre, en de multiples endroits, qu’elle est bien en capacité de rejoindre sa poche de veston, instamment, sans autre intervention…

Mais Keawe ne veut pas s’en laisser compter et finit par vendre la bouteille à un antiquaire, intéressé par son verre rare, pour le prix de soixante dollars, empochant par là-même une plus – value par rapport à son achat initial, puis, regagnant le bateau où il travaillait, il se rend compte que la bouteille est arrivée avant lui, en sa cabine, en son coffre…

Keawe analyse alors les pouvoirs magiques et magnifiés de la bouteille et décide de se faire construire une belle maison, et d’y demeurer en profitant de la vie, même si son nom « Bright House » pourrait symboliser des flammes potentielles moins attirantes que les paysages d’Hawaï…

Il rencontre une jeune femme Kokua et leur amour sacralise la joie et le bonheur de douceurs communes, comme du plaisir de vivre en un lieu à eux, ravissant et digne des Princes.

Mais Keawe est rongé par la détresse, car il ne peut pas ne pas songer à la nécessité de se séparer de la bouteille et du coup il devient taciturne et tendu et l’œil du Diablotin dans la bouteille semble le narguer.

Il livre le secret de la bouteille à Kokua qui imagine la possibilité de l’acquérir pour elle-même, en faisant croire à Keawe qu’elle a trouvé un autre acheteur…

Keawe, qui reprend sens à sa vie, repère aisément que Kokua ne sourit plus, et ne se positionne qu’en déchirure, et il comprend qu’elle s’est sacrifiée pour lui, par amour.

Je ne vais, bien évidemment pas, vous raconter la fin de cette histoire, mais je ne voudrais pas que vous la considériez seulement comme un conte un peu simpliste, car elle renferme une vraie et forte parabole sur les natures humaines :

  • La possession exprime t-elle la quintessence du bonheur ? Si pour Stevenson, comme pour vous et moi, il est évident qu’il convient d’avoir un minimum pour la décence de nos existences, il pourfend tous les excès, les apparences, les signes extérieurs de richesse…
  • La magie permet de créer des illusions, des manipulations, des perversités ; elle doit rester un émerveillement, pour Stevenson, et ne pas ouvrir des boîtes de Pandore, car la vie peut être faire de hasard et de décalages, mais elle ne repose pas sur des chimères, ou sinon le socle des fondations deviendra bien friable…
  • L’amitié et la concorde avec son prochain obligent à dire le vrai, tout le vrai, et de ne rien cacher des vices enfouis dans une communication, car sinon le pacte du sensible, du fraternel et du solidaire s’évanouit. Aujourd’hui tous les commerciaux ne disent pas tout et maquillent les réalités complètes pour séduire le chaland. Stevenson accepte les omissions et les mensonges, car la vie est aussi faite de contradictions et tout ne peut être dit, mais il n’accepte pas que leurs utilisations soient faites pour de vils enrichissements financiers ou pour créer des détresses volontairement, en faisant fi des moralités et des humanités. On peut se tromper ou tromper, mais on ne doit pas tromper pour s’enrichir aux dépends d’autrui…

Cette nouvelle se place comme une source bienfaisante, car elle donne envie de voyager, de vagabonder, de rencontrer son prochain éloigné culturellement, en le respectant, en acceptant un dialogue consommé égalitaire, en ne recherchant aucun autre profit que le plaisir du débat commun sans matérialisme, sans faux-semblant, sans factice ou circonstancielle pseudo-amitié. La vraie amitié est inébranlable et désintéressée.

 

Eric

Blog Débredinages

 

Le diable dans la bouteille

Robert-Louis Stevenson

Nouvelle intégrée dans le recueil Veillées des îles – Derniers romans édité par la bibliothèque de la Pléiade (références complètes citées dans ma précédente chronique).

Photo de Stevenson et de sa famille, avec ses amis Samoans, copyright Culture Club et Financial Times

Le creux de la vague de Robert-Louis Stevenson

Amie Lectrice et Ami Lecteur, de retour de vacances estivales, j’ai l’immense plaisir de vous proposer, comme première chronique de « rentrée », mon enivrement en les derniers romans de Stevenson, que la bibliothèque de La Pléiade permet maintenant de connaître, avec un appareil critique érudit et pédagogique, et que j’ai lus, avec enthousiasme, entre Bretagne et Méditerranée.

Certes, je vous le confie une nouvelle fois, je ne suis pas totalement objectif, car je voue une vénération pour Stevenson, qui fut une de mes révélations littéraires adolescentes, et dont la courte vie, de quarante quatre ans, s’est toujours calibrée en engagements porteurs, en intégrant la psychanalyse en ses personnages, en variant les genres, en défendant toujours les idéaux d’une Ecosse autonome, en devenant un farouche partisan de l’indépendance des Samoa comme des territoires du Pacifique Sud, pourfendant le colonialisme Britannique triomphant Victorien.

Il est enterré aux Samoa, et je me suis toujours dit que j’irais le saluer et m’incliner sur sa tombe, un jour, comme quand j’ai arpenté ses souvenirs sur Edimbourg, en suivant ses pas, en 2013.

Ce livre, Le creux de la vague, est un roman de déchirures, et pourtant où apparaissent à foisons le besoin de rachat, la nécessité de plénitudes, le combat permanent entre forces du mal et de tension avec la volonté de rester honnête, en des esprits torturés qui ne se sentent jamais en phase avec les lois et règlements, qui jettent un regard pessimiste sur leurs passés et qui attendent, sans y croire vraiment, la délivrance par la chance ou la mort…

Tout commence à Tahiti où trois compagnons, qui ne forment ni une amitié, ni une communauté, traversent une épidémie ravageuse (tout ressort avec nos réalités rudes ne serait que fortuite) et sentent leur fin approcher : l’un Capitaine de navire, ainsi nommé, reconnaît avoir mal gouverné sa dernière affectation par armateur et avoir laissé tomber en chavirage son équipage et ses passagers ; l’autre, Herrick, ancien employé et étudiant sur Oxford a quitté sa famille pour tenter de conquérir la fortune et, comme il n’a jamais abouti, rumine ses déceptions et déclame, en délectation morose, qu’il n’est qu’un raté avéré ; et le dernier, Huish, qui n’hésiterait pas à recourir à la violence, a toujours fait partie des coups louches et n’imagine pas une vie sans continuer combines et lâchetés…

Pour éviter un emprisonnement sur Papeete, car leurs méfaits ou larcins semblent avoir été identifiés, il leur est proposé par le Consul de France, d’accepter de partir avec un bateau affrété, dont l’équipage directionnel a succombé à la maladie, dont l’embarcation peut encore être infectée, avec un équipage de marins Canaques, que le Trio, comme le Consul, assimilent à de la main d’œuvre négligeable et au caractère sauvage tribal…

Le capitaine accepte de prendre en main le navire et imagine assez fortement mettre le cap pour le Pérou pour vendre son équipage et faire du commerce illicite.

Huish est partant et Herrick s’estime dépassé, ne veut pas s’embarquer en cette voie, mais ne rechigne pas de s’y rendre cependant, faute d’autre possibilité…

Le Capitaine et Huish s’enivrent de caisses de champagne présentes à foison dans la cargaison et se désintéressent de la navigation et de l’équipage ; seul Herrick, reconnu comme le Bon Blanc, essaie de maintenir le cap et de partager les vivres avec tous les hommes du navire.

Par total hasard ils atteignent une île non répertoriée et analysent vite qu’elle est habitée et qu’elle renferme certainement des possibilités pour « se refaire », comme on dit, sans vergogne, en langage de piraterie.

Le « responsable » de cette île, Attwater, vit en autarcie, et les rares personnes qui forment communauté avec lui, et qui ont échappé à l’épidémie, se placent sous son commandement absolu, lui font don total de leurs âmes et corps ; on apprend vite que l’île regorge de perles de corail, que la richesse commerciale de toutes les pêches accumulées lui donne une apparence émérite de trésor flottant.

Le Capitaine et Huish imaginent rapidement conquérir l’île et se l’approprier ; Herrick est partagé entre son âme affolée qui lui rappelle de ne pas utiliser violence et trahison et son envie d’avoir enfin les moyens de dire à ses proches en Grande-Bretagne qu’il a réussi, et auxquels il enverrait un premier mandat…

Ce roman court et très ciselé développe six idées, très souvent reprises et magnifiées par Stevenson, et qui lui donnent une aura d’auteur engagé et visionnaire :

  • le combat inhérent à chacune et chacun d’entre nous, entre notre part de Docteur Jekyll et celle de M. Hyde, l’un de ses romans les connus, où s’entrechoquent, en nos consciences, la décision de rester fidèle en amitié, quelles que soient les déceptions possibles et passagères de ces relations, et celle de vivre de manière opportuniste, en traçant sa voie, sans se considérer en liaison avec qui que ce soit ; pour ce qui me concerne, fidèle à Stevenson, je ne dénigrerai jamais une amitié, surtout quand l’ami se trouve en tension…
  • la nécessité d’accomplir son destin en le partageant solidairement avec celles et ceux qui ont contribué à le mettre en scène, ou en s’accaparant tous les mérites, en s’affectant la part léonine : Herrick incarnerait la vertu du rachat et la résilience et Huish porterait l’absence d’état d’âme, et l’humain classique, qui oscille entre les deux réalités, prendrait la voie du Capitaine…
  • la reconnaissance que l’on peut s’enrichir des différences de l’autre et qu’il n’existe pas de vérité unique ou de domination et ici, Stevenson, plaide pour la concorde et un humanisme authentique.
  • la décision de s’assumer, par delà ses propres limites , ou de ne retenir que les bons côtés de soi-même, en oubliant ce que l’on réalise de néfaste, même par non volonté ; en ce sens Stevenson utilise le recours psychiatrique en imposant un message sur la nécessité de se regarder en face, et ne pas se représenter qu’avec un seul message positif et fluide, avec toujours la bonne face…
  • la volonté de pourfendre tous les colonialismes et il écrivait en 1894… Il fut longtemps un précurseur et il a souvent été moqué par sa facilité à reconnaître tout homme en égal…
  • la capacité à écrire une histoire où l’on ne sait pas où l’on va et où l’on arrivera, considérant que la vie est toujours faite d’incertitudes, de choix souvent ratés et de compromissions plus ou moins viles, mais en conservant intacte la volonté d’espérance et d’amélioration humaniste…

Un livre à lire en cette rentrée où l’individuel prime sur le collectif, où les humanités paraissent oubliées en un nationalisme de pacotille, et où la fidélité aux amitiés s’arrête aux opportunismes économiques, par l’omniprésence d’un argent qui ne veut jamais avoir d’odeur…

 

Eric

Blog Débredinages

 

Le creux de la vague

Robert-Louis Stevenson

Traduction de Marie-Anne de Kisch

Stevenson : Veillées des îles, derniers romans, œuvres, tome III de la Bibliothèque de la Pléiade, nrf Gallimard

Edition publiée sous la direction de Charles Ballarin et Marc Porée, avec la collaboration de Laurent Bury, Mathieu Duplay et Marie-Anne de Kisch

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑