Amie Lectrice et Ami Lecteur, si vous n’appréciez pas le corrosif, le « rentre-dedans » et le décapant assumé, passez votre chemin, mais comme vous me suivez – et je vous en remercie – régulièrement, vous savez que je ne boude jamais mon plaisir quand je rencontre une lecture différente, à la tonalité porteuse et avide de férocité et que j’ai envie de vous la faire partager

Un narrateur vient de postuler dans un « call center », il ne cerne pas précisément ce qu’il lui est demandé de faire, si ce n’est qu’il repère qu’on lui adjure de contacter un maximum de monde pour tenter de séduire et de vendre des objets ou prestations, dans toutes les directions…

Métier d’une ingratitude bien repérée, quand on sait quel accueil l’on fait à tous ces prospecteurs, en nos réalités ambiantes…

Sa vie personnelle n’est pas aisée, son ex-femme le harcèle pour des pensions alimentaires impayées jusque dans ses anciennes entreprises, son fils ne le contacte que pour recevoir de l’argent, sa quarantaine s’étale en un bilan bien maussade et son affectation nouvelle lui apparaît comme un épisode installé pour tenir, plus que pour avancer.

Cet homme dispose cependant de trois qualités plus qu’appréciables : il s’exprime directement et sans ambages, il aime les choses de la vie et le plaisir en toutes ses sensualités et il ne se verra jamais dicter sa conduite par qui que ce soit, peut-être justement après avoir éclusé des déceptions enfouies, ce que je ne peux qu’imaginer mais qui n’est pas directement reversé dans le roman.

Je ne souhaite pas raconter l’histoire qui se détache dans ce roman percutant et volontairement provocateur par instants, car il vous faut suivre mes pas et le lire, et vous laisser pénétrer dans son univers très sensible, poétique, sans illusion souvent, mais désespérément optimiste pour que chaque individu se place dans sa liberté de choix, se sente reconnu dans les réalités de la guerre économique, pour qu’une parcelle de pouvoir lui soit cependant, si ce n’est réservée, tout du moins, disponible.

Le narrateur va réussir à convaincre un collègue de travail, Chris, trop attentiste, trop « faire-valoir » de la nécessité de s’assumer, de vivre intensément l’instant présent et d’être capable d’affronter celles et ceux qui se positionnent en supériorité hautaine et calculée face à lui.

Notre narrateur l’accompagnera en un lieu échangiste où, si vous me le permettez, il ressortira « regonflé » à souhait et confiant en toute sa « maîtrise », avec le plaisir d’avoir croisé la psychologue des ressources humaines qui visiblement ne s’attendait à l’y trouver là… et qui délicatement partagera avec lui cette promenade inaccoutumée, confidentiellement, garantissant cependant un esprit de « corps » (si je puis dire) plus marqué en l’avenir.

Notre narrateur réussit à faire exploser les chiffres d’affaire et à dépasser routes les prévisions avérées jusque-là, à la fois parce qu’il a trouvé des alliés en la direction qui apprécie son caractère sans concession et qui ne se laisse jamais conter de quoi que ce soit, comme pour des raisons qui lui échappent, mais qu’il ne souhaite pas analyser, espérant que le bon moment présent durera le plus longtemps possible…

Il gagne vite très bien sa vie, il organise rapidement une équipe qui lui est dévouée résolument, il intègre des personnalités jugées fantasques aisément et qui ensuite lui sont redevables, au-delà de ses espérances, il peut faire bénéficier, à ses collaborateurs, de primes appréciables et il a même la possibilité de les convier à un voyage de remerciements commerciaux.

Son ex-femme a reçu tous les versements escomptés, une de ses collègues se chargera, sans qu’il ne lui ait rien demandé, de calmer son insistance financière, il prend de l’ascendant et grossit et se construit même une organisation où il devient quasiment sacralisé, où l’auteur pointe la menace sectaire et certainement la possibilité d’explosion, chère à La Fontaine, avec la grenouille qui enfle trop et dont on connaît la douloureuse destinée…

Ce roman se place en différences :

  • Une différence de tonalité car il ne respecte aucune convenance et cela me sied fort ; il ignore la réussite installée, les compromis sociaux, les limites au plaisir,
  • Une différence de repères narratifs, car le roman passe de l’analyse sociologique et économique, à la frénésie des sens, au drame potentiel, qui guette celui qui ne sait plus structurer le cours de sa folle envolée et qui peut ainsi se faire détruire par celles et ceux auxquels il voulait, avec cohérence, maîtriser les mauvaises influences,
  • Une différence dans le rédactionnel, toujours incisif, impitoyable, mais aussi en quête permanente d’apprentissage du bonheur, de reconnaissance des plaisirs des instants et d’optimisme sur la vie, par-delà les illusions fantasmées ou les désespérances.

Je me permets juste, avec affection, de recommander à Mitch, une relecture, avant nouveau retirage de son ouvrage, car quelques trop fréquentes coquilles peuvent un brin agacer un lecteur sourcilleux de justesse stylisée.

Un livre à lire et un auteur qui m’a fait le plaisir de placer en sa quatrième de couverture l’humble reconnaissance méritée que je lui avais accordée, en feu le blog des 8 plumes, avec « une plume d’or » de découverte, pour son précédent roman « Vide », d’une tonicité forte et alerte, que l’on trouve fortement en ce nouvel opus, pour un vrai régal de non conformisme.

Éric

Blog Débredinages

 

Les Sexes Électriques

Mitch

Préface de Dooz Kawa

HF Édition, Hugues Facorat Édition

14€